Myth

Le forum est déserté. Vous pouvez l'utiliser pour rp autant que vous voulez sans avoir besoin d'être validés. Enjoy.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 10 ans après Médiéval [Solo Sunvaar Brendon]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: 10 ans après Médiéval [Solo Sunvaar Brendon]   Sam 20 Sep - 14:54

La nuit n'allait pas tarder à tomber, les chouettes hululaient tandis que les loups hurlaient au fonds des bois. Je ne devais pas tarder à trouver un village ou quelconque signe de civilisation, je ne voulais pas passer le nuit dehors, dans le froid, sans rien pour me couvrir, avec ni nourriture ni eau et la présence des animaux sauvages rodant dans la pénombre de la nuit. Non, je ne voulais pas passer ma première nuit à l'extérieur dans des conditions pareil.

Oui parce que c'était la première fois que je sortais aussi longtemps dehors. Avant je ne me soucias pas de ce qui avait ailleurs et pour cause, j'avais la vie belle avant : je travaillais quand je voulais dans ma forge seul ou avec mon père à l'ombre d'une belle maison qui était à 2 pas de la place marchande et des tavernes où l'on allait boire un coup avec ses camarades de beuverie. Oui, la vie était est belle et tranquille derrière les murs de Médiéval, mais maintenant que ces derniers sont tombés sous les assauts ces célestes et des infernaux, il fallait découvrir le monde extérieur. Donc oui, c'était ma première expérience en extérieur.

Et la nuit était déjà là, les rayons de soleil disparaissaient sous la cime des arbres. Mais j'entendais des frottements contre les feuilles comme si on se déplacer furtivement derrière moi. Je me retournai, rien. Surement mon imagination ou le vent me dis-je et je continuai sur mon chemin, mais rapidement le même bruit me revient sur ma droite. Je tournai la tête, encore rien. Cela commençait à m'agacer et je me dis que cette fois ça devait être un petit mammifère et je repris ma route. Mais là encore ce même frottement et craquement contre les feuilles et les branches se fit entendre encore plus fort dans mon dos. Je me retournai rapidement pour enfin savoir d'où provenait ce bruit.

Et là immobile devant moi se tenait un humain couvert d'un vieux manteau, le regard baissé, il s'approcha lentement vers moi, mais j'entendis à nouveau du bruit derrière moi, un autre type sortait des buissons, puis autre et un autre et encore un autre pour au final m'encercler.

Il devait être au moins 8 ou 9 autour de moi. Certain portait du cuir bouilli, d'autres des vêtements de fourrure et ils avaient tous une arme sur eux de piètre qualité et bon marché. La personne qui était devant moi sortis une dague de la poche de son manteau.

"Alors gamin comme ça on traîne seul dans la forêt à la pleine lune ? Tu sais que tu peux tomber sur des gens louches dans les parages à cette heure-ci ?"

Cela provoqua un petit rire narquois aux bandits qui étaient autour de moi. Mais que me voulaient-ils ? Je n'avais pas d'argent ni d'objets de valeur sur moi.

"Tu sais que les épées que tu as là peuvent valoir chers s'ils sont vendus à la bonne personne. "M'a-t-il dit comme pour me répondre. "Allez gamin passe nous tes armes avant que tu ne te blesses avec."

Ce qui provoqua un nouveau rire de la part de ses larbins. Ils pensaient m'avoir parce que j'étais seul, mais non, je n'allais pas leur donner mes épées sans me battre même si mes compétences étaient assez faibles, ils n'avaient pas reçu de cours particuliers eux aussi.

Je dégainai mes armes et je lançai un regard froid à cette vermine.

"Je crois que je vais prendre ça pour un non mais je t'aurais prévenu."

Dès qu'il eut fini sa phrase, le plus grand et plus gros d'entre eux se jeta dans mon dos avec une hache à une main, mais en un réflexe, je tournai sur moi-même et lui plantai mon épée dans ses côtes alors qu'il avait encore le bras levait au-dessus de moi. Sa hache tomba à mes pieds pied et la montagne s'effondra à genoux dans une flaque de son sang.

Mais lorsqu'il rendit la vie, je sentis une chose étrange, une envie d'aller plus loin et pour cause lorsqu'il s'allongea sur le ventre, je lui replantai mon épée dans sa colonne vertébrale.

J'avais l'œil pétillant et mon regard me brulait, mais je m'en fichais, j'avais qu'une envie : tous les tuer lorsque je me retrounai vers le chef de la bande je pus lire la peur au fond de son visage et de son être et je compris que mon regard brulant n'étais pas qu'une simple douleur mais aussi un aspect visuel.

Je me déplaçai lentement vers lui en traînant mes épées sur le sol, mais à ce moment, je parai instantanément l'attaque d'une de ses raclures. J'avais presque senti le moment où il me chargea sur le côté, mais c'était trop tard pour lui d'un coup de la seconde épée, je lui tranchai la gorge, il tomba lui aussi à terre. J'aurais cru voir pendant un moment son âme et la plainte qu'elle produisit lorsqu'elle quitta son corps.

Après ça, je me souviens de presque rien, je vis juste des instants où je me voyais tuer ces bandits sans aucune pitié jusqu'au moment où je sentis quelque chose de douloureux dans mon bassin : ce salaud venait de me planter alors qu'il était le dernier survivant et je vis partir en courant pendant que je tombais en appuyant sur ma blessure.

Une fois à terre, j'avais le regard vers la lune qui était pleine cette nuit-là. Et c'est dans l'ombre de cette lune que je fermai les yeux lentement pendant que les loups hurlaient à la pleine lune.

Je me réveillais lentement pendant que le Soleil me forçait à garder les yeux mi-clos. Je tournais la tête, le paysage défilait lentement devant moi et je pouvais entendre le clapotement des sabots des chevaux sur la terre rugueuse, mais j'entendais aussi des personnes qui parlaient entre eux. Je voulais en savoir plus, mais la fatigue et la douleur me prirent d'assaut et je me rendormis presque aussi vite que je me suis réveillé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 10 ans après Médiéval [Solo Sunvaar Brendon]   Mar 21 Oct - 22:44

Quand je pus enfin ouvrir mes yeux, c'est la clarté du soleil filtrant à travers un toit dégarni qui m'éblouissait les yeux jusqu'à que je puisse m'y habituer. Quand j'étais enfin bien réveillé, je m'assis sur le bord du lit pour mieux examiner la pièce où je me trouvais.

Ici les seuls meubles qui se trouvaient dans cette petite chambre étaient une commode, une armoire et une table de chevet à côté du lit où j'étais. Sur l'armoire, il y avait différentes babioles et des ingrédients qui se trouvaient dans des pots ou divers récipients. Les tiroirs de la commode étaient entre ouvert et laissaient apercevoir quelques vêtements, mais à part ça, il n'y avait rien de particulier dans cette chambre.

Après avoir examiné toute la pièce, il était normal que je dusse me lever et descendre pour rencontrer les habitants de cette petite chaumière. Mais lorsque je me levai, une intense douleur me prit au niveau du bassin, je n'avais même pas remarqué le bandage qui couvrait ma blessure de la nuit dernière.

D'ailleurs, il s'est passé tant de choses hier soir, une incroyable sensation de puissance et de haine m'avait envahi, mais cela avait failli me tuer. Donc le Démon avait vraiment maudit mes lames et m'avait conféré un dangereux pouvoir aux mains d'un simple mortel comme moi. C'est donc une raison de plus d'apprendre à maîtriser mon pouvoir et d'atteindre mon objectif final.

Après être descendus, j'entrais dans la pièce principale de la chambre : personne. Pas un bruit dans cet endroit inanimé, la pièce où je me trouvais était aussi simple que la chambre, les propriétaires de cette bicoque devaient être des gens pauvres, sûrement des paysans.

D'ailleurs, il y avait beaucoup d'animation à l'extérieur et je m'empressai donc de sortir d'ici après avoir pris un manteau qui traînait sur un meuble.

Dehors le soleil tapait fort mais cela n'emperchait pas aux paysans de faire leurs tâches quotidiennes qui consistaient dans, ce petit hameau de quelques maisonnettes tous identiques, à transporter des sacs de farines ou de blé ou à conduire une charrue.

« Ah ! Vous êtes enfin debout. »m'interpella une douce voix. »


Je me retournai et il s'agissait d'une jeune femme, habillé d'une robe beige usée par le travail et le temps. Elle avait les cheveux bruns et les yeux noisette et transportait un sac d'osier sous son bras contenant divers fruits et légumes.

« Vous avez de la chance qu'on vous a retrouvé sur la route, m'expliqua t-elle, sinon vous seriez mort depuis le temps et il faudra d'ailleurs que vous nous expliquiez comment vous vous êtes retrouvé ici en train d'agoniser en plein milieu de la forêt. Mais enfin bref, vous êtes sûrement mort de faim, je parie ? Retournez dans ma maison et prenez ce que vous voulait, vous me le revaudrez bien, j'espère. »

Elle avait raison, j'avais une faim de loup et l'idée de déjeuner me fit remonter le morale. Je la remerciai et je la laissai à ces besognes, mais aussi vite qu'elle m'est apparue, elle se retourna une dernière fois pour me dire :

« Oh, vous voyez la grange là-bas ? Elle pointa du doigt une immense bâtisse. On a entreposé vos épées-là dedans, vous pouvez les récupérer, mais faites attention à ne blesser personne. »

Et elle repartit aussitôt.

L'idée de récupérez les épées maudites me semblai plus capitale que d'aller manger. Une fois à la grange, j'y pénétrai par l'entrée principale qui était déjà ouverte.

Il n'y avais personne à l'intérieur mais je repérai bien vite le reflet de mes armes accoudées contre une poutre.

En les prenant dans mes mains, je remarquai qu'elles avaient été nettoyées et rangées dans leur fourreau. Quand je sortis l'une d'elles, elle me semblait bizarre, à la fois plus sombre, mais toujours aussi étincelante.

J'allais rangeait mon épée quand soudain, j'entendis une drôle de voix.

« Eh chuis pas plus sombre que d'habitude ! C'est juste toi qui t'es pris un coup sur le crâne. »

Je me retournai pensant qu'il s'agissait d'une mauvaise blague, mais il n'y avait personne à part moi.

« Je ne suis pas en train de plaisanter là, je dis vraiment ce que je pense-moi ! »

Je cherchais dans les alentours qui est ce qui pouvait me parler, mais il n'y avait vraiment que moi dans cette grange.

« Arrête de me chercher, je suis juste devant tes yeux, dans tes mains. »

Alors là, je n'y croyais, mon épée me parlait à moi.

« Et oui, c'est comme ça, bon allez, on rentre ? J'en ai marre d'attendre dans cette vielle cabane.

-Euh attends deux secondes là, comment tu arrives à me parler là ? Lui demandais-je.

-Et bien, c'est simple, tu te souviens qu'on est des lames maudites non ? Et ben quand tu as fait ton baptême du feu de berseker hier soir, tu as réveillé notre aura et notre faculté à te parler, seul toi peut nous entendre à présent.

-Le goût du sang et de la bataille nous a réveillés pour pouvoir te guider et te donner la puissance lors des prochains combats. »

Cette dernière réplique n'était pas celle de l'épée que je tenais, mais elle venait plutôt de celle qui était restée au sol, c'était une voix plus mature et plus ferme.

« Et au fait, je ne me suis pas présenté, Munax pour vous servir.

-Et moi Nahkriin. »

Alors comme ça mes épées peuvent me parler, mais elles ont aussi leur personnalité et chacun un nom, ça va être une rude histoire tout ça.

« Bon c'est pas tout mais faudrait peut-être y allez, on a passé toute la nuit dans cette grange puante et je voudrais bien sortir moi. »

Ainsi, on sortit donc de la grange et on se dirigea vers la maison où j'avais couché en réfléchissant à tout ce qui venait de se passer pendant cette belle matinée.
Revenir en haut Aller en bas
 
10 ans après Médiéval [Solo Sunvaar Brendon]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trouver d'abord, chercher après. / Solo
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Deux semaines après le séisme, elle est retrouvé vivante sous les décombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myth ::  :: Myth :: Les alentours de Myth-
Sauter vers: