Myth

Le forum est déserté. Vous pouvez l'utiliser pour rp autant que vous voulez sans avoir besoin d'être validés. Enjoy.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Morts

Aller en bas 
AuteurMessage
Axire Larne
Gabrielle, Dieu, Fondatrice
avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 24/03/2014

MessageSujet: Les Morts   Sam 7 Juin - 22:55

Pour ceux qui souhaitent utiliser des personnages prédéfinis, en voici quelques uns, de la race des Morts.
Si vous souhaitez les modifier, vous pouvez les utiliser en simple base.

Merci de prévenir lorsque vous voulez utiliser un personnage prédéfinis (pour que l'on puisse l'enlever de la liste).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myth-medieval.forumactif.org
Axire Larne
Gabrielle, Dieu, Fondatrice
avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 24/03/2014

MessageSujet: Re: Les Morts   Sam 7 Juin - 22:59



Nom : Dubois
Prénom: Elisabeth
Age: 22 ans au moment de sa mort
Race: Mort - Fantôme

Sexe: Féminin
Orientation (sexuelle): Hétérosexuelle

Caractère:

De son vivant, Elisabeth était douce, sage, gentille et discrète. Suivant toujours la volonté de ses parents, elle était très bien éduquée et intelligente, tout en restant à sa place.
Après sa mort, ses années en fantôme la changèrent. Elle se découvrit curieuse, espiègle et fourbe, recherchant sans cesse ses limites. Adorant faire peur au gens, elle devint légèrement sadique, allant toujours plus loin dans ses "farces".

Physique:

De taille moyenne, Elisabeth possède de longs cheveux blonds presques blancs et de grands yeux bleus clairs. Elle possède un petit visage rond et un nez fin. Elle porte en permanence la robe bleur qu'elle portait le jour de sa mort, même si elle aime utiliser ses pouvoirs pour changer ses vêtements lorsqu'elle se rend opaque aux yeux des créatures non-surnaturelles.

Histoire:

[Attention, gore et trash /!\]

Elisabeth Dubois était une jeune femme de bonne famille. Élevée toute sa vie dans cet esprit, elle était sage, droite et faisait ce que l'on attendait d'elle. Alors qu'elle allait bientôt se marier, elle eu un accident lors d'une balade à cheval. Tombant de sa monture, sa tête heurta un rocher et elle fut mortellement blessée. Alors qu'elle commençait à perdre ses esprits, ses proches la ramenaient chez elle pour tenter de la soigner. Hélas, elle sentait qu'il était trop tard pour elle. Alors qu'elle perdait lentement son sang sur son lit, elle vit un visage se rapprocher doucement d'elle. Ce visage, ce fut le dernier qu'elle vit avant de sombrer.

Lorsqu'Elisabeth se réveilla, tout était froid. La pièce était obscure. Toute douleur avait disparu. Combien de temps avait-elle dormit ? Elle se leva pour aller ouvrir les rideaux, apportant de la lumière dans sa chambre. Regardant ses vêtements, elle remarqua qu'elle avait été lavée et changée, car nulle trace de sang n'apparaissait sur elle. Alors qu'elle s’apprêtait à sortir pour aller voir ses proches, elle aperçue quelque chose sur son lit. Ouvrant grand les yeux de surprise et d'effarement, elle eu un mouvement de recul lorsqu'elle vit que son propre corps était allongé sur le lit. Quelques secondes passèrent tandis qu'elle restait plantée là, en proie à une panique muette. Avalant difficilement sa salive, elle osa s'approcher. Penchée au dessus du corps sans vie, elle frissonna un instant. La jeune femme passa sa main sur les joues du cadavre, admirant au passage la douceur de sa peau.

Un sourire lui échappa. Ne pensant plus un seul instant à la mort, la peur, l'angoisse, elle se disait juste qu'elle était douce et belle dans ce sommeil éternel. Comme si elle regardait une jeune soeur dormir tranquillement.

Se sentant apaisée, elle sentie dans son cœur s'élever doucement. Elle allait aller au Paradis rejoindre ses ancêtres. Alors que ses pieds quittaient lentement le sol, elle entendit un grincement sinistre. Tournant sa tête vers l'entrée, elle y vit un homme d'une vingtaine d'année appuyé contre l'encadrement de la porte. Son regard froid et sadique était dirigé vers le corps d'Elisabeth, et cette dernière eut un pincement au cœur. Tout en s'élevant, elle vit que le jeune homme se dirigeait vers son cadavre. Il se pencha alors sur lui, et commença a caresser tendrement ses cheveux. Puis, il embrassa ses lèvres et tira ses vêtements doucement vers le bas.

La jeune femme n'en croyait pas ses yeux. Elle sentait que quelque chose n'allait pas. Au moment où elle vit que l'homme enlevait également ses propres vêtements, elle réprima un sentiment de dégoût. Elle ne pouvait pas bouger, car elle commençait à partir, mais la scène qu'elle vit la mit en colère. Se positionnant au dessus du corps, le jeune homme entamait des mouvements bestiaux tout en poussant des gémissements. Pour Elisabeth, s'en était trop. Rassemblant toutes ses forces et ses énergies psychiques, elle arriva à s'extirper de son état. Prenant alors un chandelier à deux mains, elle frappa le monstre derrière la tête. Lorsqu'il fut au sol, elle recommença, encore et encore. Le sang giclait de toute part, et bien qu'elle fut sure de sa mort, elle continuait encore à frapper. La terreur et la violence pure emplissaient ses yeux, et elle ne s’arrêta que plusieurs minutes plus tard.

Reprenant son souffle et ses esprits, elle laissa tomber son arme sur le sol. Jetant un regard à son corps, elle se précipita sur lui, remettant en ordre ses vêtements. Lorsque ce fut fait, elle poussa un soupir de soulagement, et enlaça le cadavre. Serrant se toute ses forces, elle laissa couler des larmes de désespoir. Comment avait-il pu faire une chose pareille ? Elle ne le connaissait même pas.

Se relevant, elle sentit un vent glacial dans son dos. Faisant face à ce dernier, elle vit la forme ectoplasmique de son bourreau. Ce visage. Ce visage ! C'était celui qui l'avait secouru, celui qui était resté avec elle alors qu'elle sombrait...

Le jeune homme, d'abord surpris de sa condition, remarqua Elisabeth. Un sourire sadique se forma alors sur ses lèvres. La jeune femme eu un nouveau frisson de dégoût.


"Alors alors, quelle surprise ! Elisabeth."

Devant l'expression d'incompréhension de son interlocutrice, il continua :

"Tu ne te souviens pas de moi ? Voyons, je suis Julian ! Julian Grandfort !"

Cet homme...C'était un de ses anciens prétendants. Il était présent à la balade à cheval. C'est pour cela qu'il était là. La colère s'empara de nouveau d'elle.

"Toi ! Comment-as tu oser...?!"

Un rire lugubre et sinistre s'échappa de la gorge de Julian. Lançant un regard de prédateur à la jeune femme, il répondit :

"Voyons...une si belle jeune femme, cela aurait été du gâchis de la laisser vierge. D'ailleurs, maintenant que nous ne sommes que tout les deux, je vais pouvoir finir ce que j'ai commencer."

Elisabeth recula lorsque l'homme s'avança dangereusement vers elle. Elle sentit la peur s'emparer de son corps ectoplasmique. Elle aurait voulu s'enfuir, mais où ? Elle ne contrôlait pas encore très bien son nouvel état, et elle ne sentait pas faire le poids face à Julian. C'est alors qu'un miracle sembla se produire. De lourdes chaines noires semblaient sortir du sol et s'agrippèrent au jeune homme. Ses pieds fantomatiques semblaient s'enfoncer dans le sol. Après un regard furieux à Elisabeth, Julian lui dit:

"Tu ne perds rien pour attendre. Je reviendrais, et je t'aurais."

Avec un dernier cri de colère, le jeune homme disparut, engloutit par le sol.

Un silence pesant tomba sur les lieux. Laissant sa colère, sa peur, sa peine retomber, la jeune fille poussa un soupir de soulagement et fondit en larmes.

Voilà l'histoire de sa mort.

Depuis ? Et bien, de nombreuses années on passées. Une trentaine pour être plus précise.

Elisabeth s'habitua à sa nouvelle condition, comprenant que dorénavant elle ne pourrait plus aller au Paradis. Découvrant ses capacités (télépathie, pouvoir se rentre assez opaque pour que les gens puissent la distinguer), elle changea de caractère. Alors que de son vivant elle était pure, sage et discrète, son nouvel état la transforma en une jeune femme curieuse, fourbe, et légèrement sadique. Devenant un esprit frappeur, elle s'amusait de la peur des gens.

Elle n'avait pas recroisé Julian depuis, mais elle sentait au plus profond d'elle qu'il reviendrait un jour. Mais maintenant, elle était prête à le recevoir.




Marques ou objets particuliers (tatouage, armes, bijoux...): A sa mort, elle portait une paire de bracelets en argent. Il ne lui en reste plus qu'un au bras droit, et elle ne sait pas où il à bien pu passer.


Relation avec le personnage Julian Grandfort : Némésis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myth-medieval.forumactif.org
Selephim Seth
Classius, Démon du froid, Seigneur Démon, Expert en magie, Guide des débutants, Administrateur
avatar

Messages : 615
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 25
Localisation : Dans les méandres de mon cerveau

MessageSujet: Re: Les Morts   Ven 11 Juil - 17:25




Nom : Crowblack
Prénom : Valérian
Age: 28 ans à sa mort, 1 an depuis sa mort
Race: Fantôme

Sexe: Homme
Orientation (sexuelle): Asexuel

Caractère :

Possédant une ambition sans bornes, Valérian est parfois un peu extrémiste dans ses décisions et n'a que faire des pertes tant que son objectif est atteint. Bienveillant envers sa famille, il n'a toutefois que faire des autres gens en-dehors, et va même jusqu'à les mépriser. Génie de l'art de la guerre, il est très intelligent, mais en regardant ses objectifs, il loupe souvent ce qu'il a juste devant lui.


Physique :

Autrefois brun avec des yeux aux reflets violets, Valérian a aujourd'hui, en tant que fantôme, des yeux et des cheveux blancs, bien que de légers reflets violets se fassent ressentir. Extrêmement musclé malgré un corps fin, Valérian était connu pour être l'un des hommes les plus forts du royaume.


Histoire :

Fils du roi d'une grande province, et donc prince lui-même, Valérian a été élevé dans le plus grand respect des traditions et coutumes de sa famille. Aîné d'une famille comprenant sept garçons et 2 filles, Valérian dirigeait cette famille, remplaçant son père trop occupé à gouverner.

En grandissant, il apprit l'art de la guerre, les stratégies, et le maniement de l'épée, faisant de lui l'un des hommes les plus forts du royaume, et un chef de guerre sans pareil. Désirant conquérir les provinces avoisinantes, et même le monde, Valérian devient obnubilé par la guerre et décide de prendre les rennes des armées en outrepassant les ordres de son père, oubliant le reste de sa famille.

Toutefois, la succession au trône devait s'effectuer un jour, et dans la famille illustre des Corbeaux, ce n'est pas l'aîné qui hérite du trône, mais le plus méritant. Des rivalités s'installèrent entre frères, allant parfois jusqu'à l'assassinat. Valérian fut le premier à tomber, au cours d'une réunion stratégique, assassiné par un homme à la solde de son propre père. Le meurtre fut rejeté sur l'un des frères, sans qu'aucun ne soit désigné, envenimant la situation, tandis que son père, responsable, s'en sortait indemne.

Depuis ce jour, Valérian désire se venger de son père, mais il prend peu à peu conscience de ses erreurs et de son ambition trop ancrée en lui, lui faisant se poser des questions sur la manière dont il a mené sa vie.


Marques ou objets particuliers (tatouage, armes, bijoux...):

Valérian possède une boucle d'or à l'oreille, symbole de son appartenance à la famille des Corbeaux.


Dernière édition par Selephim Seth le Lun 3 Nov - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfic-fr.net/fanfics/Animes-Mangas/N/Negima-le-mait
Axire Larne
Gabrielle, Dieu, Fondatrice
avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 24/03/2014

MessageSujet: Re: Les Morts   Sam 19 Juil - 18:51



Nom: Delalande
Prénom: Timmy
Age: 8 ans au moment de sa mort, depuis, une soixantaine d'années sont passées
Race: Mort (Fantôme)

Sexe: masculin
Orientation (sexuelle): Asexuel

Caractère (au moins 3 lignes):

Du temps de sa vie et au début de son existence de fantôme, Timmy était un petit garçon sociable, espiègle et légèrement moqueur, mais profondément gentil.
Malheureusement, son statut de fantôme l’oblige à la solitude ce qui lui pèse beaucoup. Il essaie régulièrement de nouer des contacts avec les humains qui s’enfuient pleins de terreur dés qu’il se montre à eux. Cette solitude et la réaction des vivants à sa présence ont un peu aigri son caractère au cours des ans. Ses blagues innocentes au début deviennent de plus en plus cruelles, ce qui n’améliore pas sa popularité auprès des humains qui le croisent.

Physique (au moins 3 lignes):

Timmy est un petit garçon mince aux grands yeux gris et aux cheveux blonds coupés « au bol » avec une longue frange masquant un grand front intelligent. Il a des joues rondes et un menton pointu. Il porte encore les vêtements qu’il avait au moment de sa mort, un T-shirt en manche courte, un short et des sandales.

Histoire (au moins 10 lignes):

Timmy a grandit à Myth. Née dans une maison plutôt bourgeoise, il ne manquait de rien et la position sociale de ses parents lui permettait d’avoir beaucoup de loisir et d’être toujours entouré, que se soit par les employés de maison ou par les enfants des autres familles aisée de Myth.

Son caractère enjoué et espiègle, mais profondément gentil faisait de lui un compagnon de jeu très agréable.

Au cours d’une après midi d’été, il entraîna ses petits camarades dans une partie de cache-cache endiablée dans les rues de Myth. Ne voulant pas être trouvé trop vite, il trouva la cachette idéale. Par un espace entre deux planches disjointes, il réussit à se glisser dans la cave d’une maison en ruine.

Ça cachette était si bonne, que rapidement tout ses camarades le cherchèrent avidement. Il les entendait l’appeler dans la rue et fut très fier de lui. Mais, rapidement, les entendre ne lui suffit plus. Il voulait aussi les voir. Sachant la maison inhabitée depuis plusieurs années, il eut l’idée de monter dans les étages pour pouvoir les observer à travers les fenêtres de la demeure.

Il grimpa quatre à quatre les escaliers de pierre de la cave jusqu'au rez-de-chaussée. Mais arrivé là, il constata que toutes les fenêtres avaient été murées. Il décida donc de monter vers le premier étage, s’imaginant déjà interpeller fièrement ses petits copains depuis une fenêtre et savourer sa victoire.

La maison n’avait pas été entretenue depuis des années, et son plancher était rongé par les vers. Arrivé à l’étage, Timmy se précipita vers une fenêtre aux carreaux brisés. Malheureusement, il ne l’atteint jamais. Le plancher vermoulu céda sous ses pas et il tomba, se brisant le cou sur le dallage de ce qui devait autrefois être la cuisine.

Il fut tué sur le cou. Son corps ne fut jamais retrouvé. Personne n’imaginant qu’il ait pu pénétrer dans cette vieille bicoque condamnée.

Timmy ne fut pas immédiatement conscient de son nouveau statu. Quand il se réveilla, il ne réalisa pas qu’il laissait derrière lui son corps et se précipita vers le passage qu’il avait prit pour rentrer.

Une fois dans la rue, il constata qu’il faisait nuit et il vit des hommes avec des torches qui criait son nom. Il se précipita vers eux, leur faisant de grands signes et disant « Je suis là ! » Mais personne ne sembla le remarquer, ce qui le plongea dans un abîme de perplexité.

Durant plusieurs jours, il erra dans sa maison, son cœur se serrant de voir l’inquiétude de ses parents se changer en désespoir au fil du temps.

Il réalisa qu’il pouvait parfois agir sur les choses matérielles et s’y entraîna avec zèle, espérant un jour pourvoir faire savoir à ses parents qu’il était toujours là. Malheureusement, ses « expériences » terrifiaient la maisonnée, rapidement, les domestiques se mirent à chuchoter que la maison était hantée et partirent. La rumeur s’étant également répandu en ville, le maître de maison ne trouvait pas de remplaçant à ceux qui le quittaient.

Au bout de quelques mois, il décida de déménager. Cette maison était devenue trop lugubre et les souvenirs joyeux qui y étaient attachés devenaient intolérables pour sa femme.

Timmy se retrouva à nouveau seul. Il commença a sortir de la maison pour voir ses anciens petits camarades de jeux vivre. Il les vit grandir, se marier, fonder une famille avant de mourir de vieillesse, et en avait été profondément affecté quand il avait réalisé que tout ceci lui était interdit. Lui, il resterait un petit garçon pour l’éternité.



Quelques années plus tard, un homme racheta la maison, et Timmy, voulant lui jouer un tour pour s’amuser, découvrit qu’il avait le pouvoir de « voler » le temps de vie des humains, les faisant vieillir et mourir de vieillesse en une nuit.

De nos jours, Timmy hante encore la maison de ses parents, ainsi que les rues et ruelles de Myth dans lesquelles il jouait quand il était vivant, cherchant quelqu’un qui pourrait alléger un peu sa solitude, au moins pour quelques heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myth-medieval.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Morts   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Morts
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tuto pour peindre les morts.
» [morts vivants] WIP de fond de tiroir
» Haiti/cyclone : Le bilan des victimes de Hanna passe à 61 morts
» guerrier des morts
» L'armée des morts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myth ::  :: Le Vieux Livre (Présentation) :: Personnages prédéfinis et importants :: Les personnages non-liés-
Sauter vers: