Myth

Le forum est déserté. Vous pouvez l'utiliser pour rp autant que vous voulez sans avoir besoin d'être validés. Enjoy.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La domestique des Drimhduno [Solo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La domestique des Drimhduno [Solo]   Mer 15 Avr - 16:47

- Février 8104

Le marché était incroyablement vivant. Les étalages s’étendaient à perte de vue, la foule se pressant pour voir qui vendait quoi, à quel prix et pour combien de temps. Les rues ainsi que les grandes places regorgeaient de draps, d’acheteurs et de marchands de tous genres et de tous peuples, qu’il s’agisse du jeune homme cherchant à faire fortune en proposant des articles communs sans trop en demander, de l’étranger qui tente sa chance dans la cité-état en apportant des objets exotiques. On retrouve également les œuvres des artisans des différents quartiers, que ce soient des forgerons, des peintres, même des écrivains ou magiciens qui se tenaient derrière des piles de livres. Enfin, je pense que ce sont des écrivains ou des magiciens, vu leur tête et leur manière prendre de la place dans le marché. J’avais envie de les voir, j’avais tellement envie d’aller les voir et lire tous ces livres qu’ils proposaient, cependant c’était sans compter sur mon père. Fier marchand aussi bien dans l’âme que dans l’apparence, il ne se passait pas une journée sans qu’il ne pense au profit qu’il peut tirer. J’étais jaloux, terriblement jaloux que mon propre parent donne plus d’intérêt à quelques pièces d’or plutôt qu’à son propre fils. C’est vrai quoi, qu’est-ce qu’un bout de métal avait de plus précieux et d’important que moi ? Je ne comprends pas, je ne comprenais pas et ne voulais pas comprendre. Je le voyais toujours passer ses journées à courir après ce qu’il appelle des offres, des commandes et des clients, à échanger des objets en tous genres contre ces ronds dont je ne comprenais pas la signification ni la valeur. Tout ça pour quoi exactement ? Je voulais seulement jouer avec quelqu’un, m’amuser, montrer les progrès que j’avais accompli jusque-là dans ma maîtrise de la magie. J’étais parvenu à déchirer à moitié la feuille ! Encore un peu et je pourrai le faire d’un coup !

Cependant, si le problème ne venait que de mon père, je ne me sentirais pas aussi mal. Avoir deux parents à ses côtés est bien, en avoir qu’un seul est plus que suffisant, par contre voir la mère également partir travailler jusqu’au soir et ne sortir de son atelier qu’en cas de nécessité, ça me faisait également souffrir. Non, c’est faux ! Je n’ai pas mal, c’est leur faute s’ils sont trop occupés à faire autre chose que s’occuper de moi ! Capricieux dès mon plus jeune âge, c’était une des principales raisons qui me poussaient à rester enfermé chez moi, et surtout dans ma chambre. C’est ainsi que je trouvais le goût de passer du temps chez moi, dans mon coin, lisant des livres à longueur de journée, pratiquant la magie de mon côté en espérant devenir un jour un grand magicien. Ça me passionnait énormément, car j’étais capable de faire des choses que les autres ne pouvaient pas faire d’eux-mêmes. Enfin, pour l’instant, à part déchirer du papier, je ne savais pas faire grand-chose, mais je gardais l’espoir qu’un jour je puisse moi aussi faire partie de ces histoires fantastiques qu’on me lisait étant petit. C’était mon rêve, c’était ce que je voulais devenir quand je serai grand ! Mais c’était dur, dur de supporter ce lourd fardeau seul. Je n’avais pas mon père à côté de moi pour m’encourager et me conseiller, ni ma mère pour me féliciter et me récompenser. J’étais seul, du matin au midi, et du midi au soir. Seul, jusqu’à ce que ma mère vienne me souhaiter une bonne nuit après m’avoir conté une histoire. Je ne suis plus si jeune que ça, mais j’adorais quand elle me lisait un livre, me partageant l’aventure d’un preux qui devenait un héros. Il y avait aussi ces histoires qui me faisaient peur, pourtant, en même temps, je les trouvais tout autant fascinante. Il n’y avait rien dans ces livres que je détestais, il s’agissait de mon trésor que je chérissais.

« Réveillez-vous jeune maître, le jour s’est levé. »

Soudain, j’entendis les rideaux être tirés, éclairant en un instant ma chambre d’une lueur matinale qui avait, autant que la voix, la force de m’arracher de mon sommeil. En temps normal je me serais levé sans poser de questions, cependant, aujourd’hui tout particulièrement, j’étais un peu moins bondissant de joie que d’habitude. J’avais tellement eu envie de faire un tour au marché et d’acheter ces livres qui me paraissaient tellement intéressants ! Mais c’était sans compter sur ma gouvernante qui prenait soin de moi pendant que mes parents partaient. La maison était spacieuse, trop pour laisser un gamin de mon âge se balader librement comme il le souhaite. Depuis longtemps déjà, même avant ma naissance je crois, le rythme de vie était le même, seule mon apparition bouleversa le quotidien des personnes qui travaillaient ici. Les domestiques, qu’il s’agissait d’hommes ou de femmes, s’attelaient à leur tâche respective dans une habitude qui sortait de leurs nombreuses années de service. Ça m’amusait toujours de les rencontrer dans la journée, leur dire bonjour, les regarder faire de manière presque naturelle, et je pense qu’eux aussi s’amusaient. Enfin, c’était mon point de vue en tant que garnement de onze ans. J’étais naïf et joyeux, sauf pour aujourd’hui. J’avais tellement envie de sortir, pour une fois que j’avais envie de sortir, et il a fallu qu’on me refuse ce privilège. Qu’ai-je donc fait de mal pour mériter cela ? Bah si c’est comme ça, je ne vais pas me réveiller ! Seulement, je n’avais pas affaire à une simple personne, car celle-ci étais la personne en charge de s’occuper de moi. Des oreilles de félins, une longue queue velue, des vêtements de servante, celle qui m’avait réveillé n’était autre que la domestique Nebrine, l’une des servantes que mes parents ont employées l’année dernière afin de rejoindre le personnel.

Le réveil fut difficile, entre les reproches, les protestations, les grondements et finalement se retrouver forcé de sortir du confortable lit douillet, pour ensuite se faire retirer ses vêtements de nuit pour enfiler ceux de jour. J’ai onze ans, bon sang ! Je sais m’habiller tout seul ! Échappant au supplice aussi humiliant qu’embarrassant, j’ignorais ses récriminations, récupérai toutes mes affaires et l’ordonna de sortir de ma chambre. Elle soupira, c’était normal, et obéis sans contester mon autorité, m’informant qu’elle apporterait le déjeuner sous peu avant de quitter la pièce. Sérieusement, à quoi mes parents pensaient en me refilant à cette nourrice ? Seulement, je pense que je pouvais tout de même comprendre, au moins la moitié des faits, à cette époque, malgré mon jeune âge. Mes parents étant absents toute la journée, voire même pendant une semaine ou plus, il fallait bien quelqu’un pour s’occuper de l’enfant. Quelqu’un pour l’éduquer, pour lui enseigner les bases de la vie, mais également des leçons, qu’elles soient civiques, morales, parfois il s’agissait même d’enseignements auxquels je ne m’y attendais pas et que, je pense que c’était la même pour tous, je détestais franchement. C’est vrai quoi, où est-ce qu’elle a appris à faire des mathématiques, à analyser au lieu de simplement lire des livres, et par-dessus tout, d’où lui venait cette hargne à vouloir m’insuffler tout ce savoir et ce désir d’en savoir encore plus ? Je la voyais souvent lire elle aussi des livres qui sortaient de la bibliothèque de mon père, celle qui m’était interdite d’accès vas savoir pourquoi. Mais bon, à présent je ne pouvais pas vraiment le décrire autrement. C’est grâce à mon père et ma mère que nous vivons sous ce toit, et c’est grâce à ma gouvernante Nebrine que je suis devenu l’homme que je suis.
Revenir en haut Aller en bas
 
La domestique des Drimhduno [Solo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Britany, domestique au château d'Émeraude
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Un maître impitoyable contre une domestique qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Qui va gagner ? (P.V: Leiris Lewingstones)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myth ::  :: Quartier Commerçant-
Sauter vers: