Myth

Le forum est déserté. Vous pouvez l'utiliser pour rp autant que vous voulez sans avoir besoin d'être validés. Enjoy.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Récit du Passé: Une amitié meurtrie [SOLO][FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aydan Draknar
Primordial du Feu
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 24/11/2014
Localisation : Partout et nul part à la fois

MessageSujet: Récit du Passé: Une amitié meurtrie [SOLO][FINI]   Dim 6 Mar - 20:05

Je vais vous conter une histoire de mon passé, une histoire qui a inscrit en moi une caractéristique de ma personnalité, mon aversion envers les incubes et les succubes, tout ceci remonte à des centaines d'années dans un petit village humain....

An 7461 :

Le temps était radieux, pas un seul nuage à l'horizon, juste un petit vent frais pour apprécier une bonne marche sous le soleil.
Je marchais donc tranquillement en pleine après-midi en forêt, taquinant les animaux que je croisais, passant les arbres comme s'il n'y en avait pas, une après-midi ordinaire en soit. Puis à force de me balader, j'arrivais à l'orée de la forêt près d'un village humain, un petit village d'une cinquantaine d'habitant près d'une rivière. Sur le coup, j'étais enchanté à l'idée de tomber sur des humains n'ayant trouvé comme amusement que des petits animaux de la forêt depuis plusieurs jours. Oui j'aurais pu les chercher directement, mais c'est plus marrant de tomber dessus par hasard.
Enfin bref, j'entrais donc dans le village, me faisant passer pour un simple voyageur, et je fus vite mis aux couleurs, ce village était assez renfermé sur lui-même, l'ambiance était froide, et les gens encore plus, si j'obtenais un bonjour, c'était jour de fête, et si j'arrivais à avoir une discussion avec l'un d'entre eux, alors là, j'avais gagné le grand tournoi.

Ils m'avaient fait comprendre assez rapidement que je n'étais donc pas le bienvenu, et qu'il fallait que je finisse vite ce que j'avais à faire et que je déguerpisse. Ça m'avait ruiné ma bonne humeur, moi qui voulais rigoler avec ses petits êtres si drôles. Puis avant de partir en regardant en direction de l'une des fenêtres de l'une des maisons, je pus apercevoir une petite fille qui regardait avec envie un petit groupe d'enfant jouer en plein soleil. Comment une si jeune fille pouvait-elle rester enfermé chez elle alors que le temps donnait envie de sortir pour jouer et rigoler ? Cela avait attiré mon attention, et j'avais bien l'intention de savoir pourquoi.

Je me transformais donc en petite flamme pour passer sous la porte de la maison et atteindre sa chambre sans trop être remarqué, puis arrivé dans sa chambre, je repris forme humaine et m’asseyais sur son lit, puis en regardant dans sa direction, j’engageais une conversation.

- Dis moi, qu'est-ce qu'une jeune fille comme toi, fait enfermer chez elle par un si beau temps ?

Elle se retourna donc avec surprise en entendant ma voix, en la regardant de plus près, elle était assez pale, elle ne devait pas voir bien souvent la lumière du jour en soit, elle était, je dirais même blafarde.

- Vo.. Vous êtes qui monsieur ? Me dit-elle l'air apeurée.

- N'aie pas peur, je suis un ami, à vrai dire, je suis un saltimbanque, et je suis là rien que pour toi et te faire rire.
Lui répondis-je avec un sourire.

- Vr.. Vraiment ? Elle se décrispa lentement. Ma maman dit que je dois éviter de voir des gens à cause de mon corps.

- Ah bon ? Mais qu'est-ce qu'il a ton corps pour que ta maman t'interdise de sortir et de voir des gens ? Lui-dis je étonné.

- Maman dis que je suis malade, et que si je sors, je peux partir au ciel, comme papa.

Elle avait l'air totalement abattu après m'avoir dit cela, et je trouvais ça triste, une si jeune fille, condamnée à vivre enfermé dans sa chambre avec pour seul contact sa maman, et même son père était déjà mort. J'avais bien l'intention alors de lui remonter le moral et en profiter pour m'amuser un peu.

- Tu as quel âge dit moi ?

- 6 ans monsieur.

- Oh, ne m'appelle pas monsieur voyons, je ne suis pas si vieux, si ? Et 6 ans, tu dis ? Et ton petit nom, c'est quoi ?

- Je m'appelle Kassandra, avec un K.

- Ah bah, c'est joli tout ça, et tu veux voir un tour Kassandra ?


Je me levais de son lit, et plaçais mes mains dans mon dos. Puis je matérialisé trois petites balles de feu dans celles-ci et les sortais de mon dos d'un coup.

- Tadaaa !


Puis je me mis alors à jongler avec, je pouvais déjà voir sa petite mine commencée à petit à petit s'illuminer. Mais c'était loin d'être la fin, je faisais apparaître petit à petit des balles de feu en même temps que je jonglais, arrivant à 10 balles, elle était comme émerveillée par ce qu'elle voyait.

- Attention, final !

J'envoyais les balles en l'air qui allaient alors tourner autour d'elle avant de revenir au centre de la pièce et de finir en mini feu d'artifice.

- Woooooaw. Dit-elle avec son visage complètement illuminé et bouche-bée.

- Héhé, impressionnant n'est-ce pas ?

À peine avais-je fini ma phrase, que l'on entendit la voix de sa mère appelant sa fille pour signifier son retour à la maison, je m'accroupissais alors devant la jeune fille rapidement avant de lui dire.

- Tu ne dois rien dire à ta maman sur moi, c'est notre petit secret, je reviendrais de temps en temps pour jouer avec toi, à plus tard.

Puis je me transformais en flamme pour sortir rapidement et facilement par la fenêtre avant de m'éclipser du dis village...

Ceci n'est que la première partie de l'histoire, restez attentif à la suite...

_________________


Dernière édition par Aydan Draknar le Mer 30 Mar - 19:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aydan Draknar
Primordial du Feu
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 24/11/2014
Localisation : Partout et nul part à la fois

MessageSujet: Re: Récit du Passé: Une amitié meurtrie [SOLO][FINI]   Mar 8 Mar - 2:34

J'avais donc rencontré une petite humaine malade du nom de Kassandra, je prends le nom d'une personne que s'il y a une petite possibilité que j'ai envie de la revoir, en l’occurrence pour celle-ci, j'avais envie de la revoir. J'avais envie de voir son petit visage sourire à mes jeux. Je voulais pouvoir rendre ses journées moins moroses, à elle qui n'avait que pour seule vision la fenêtre de sa chambre. Mais surtout ce qui m'avait plus chez cette petite humaine, c'est qu'elle ne m'avait pas regardée avec une certaine surprise, ou encore même une peur, mais avec une curiosité enfantine, avec une petite lueur d'amusement dans les yeux. Je veux dire, n'importe quels humains que je croisais en général, ont une lueur de peur dans leurs yeux, et une lueur d'incompréhension quand je faisais mes tours.

Je revenais alors jouer chez elle au moins une fois par semaine, l'occupant le temps que sa mère n'était pas là, en grandissant, je lui appris même à faire quelques petits tours avec la magie de feu, par chance, c'était la magie qui lui allait le mieux.
Les semaines passèrent, les mois, les années, et plus je venais, plus je m’attachais à cette petite, pour elle, j'étais passé de stade d'ami imaginaire à magicien de feu, pour enfin finir par être d'après ses dires son meilleur ami. Pour moi, cette gamine avait réussi à éveiller en moi des sentiments que je n'avais pratiquement jamais ressentis pour un humain, le sentiment d'amitié sincère, elle était presque devenue comme une petite cousine pour moi, oui comme un membre de ma famille. C'est donc lors de son 16e anniversaire que j'avais décidé de lui faire une petite surprise, une surprise qui aurait pu la faire fuir de moi quand j'y repense.

An 7471 :

J'arrivais donc en pleine nuit, ce que je n'avais jamais fait, évitant de rencontrer sa mère dans la maison pour éviter qu'elle alerte le village peu commode. Je m'infiltrais chez elle en forme de flamme par sa fenêtre me reformant en humain au pied de son lit, bien entendu, elle dormait. Je posais alors ma main sur son épaule la secouant légèrement pour la réveiller. Elle ouvra lentement les yeux se demandant ce qu'il pouvait bien se passer, puis elle finit par me voir avec le sourire au-dessus de son lit. Aussi tôt m'avait-elle aperçu, qu'elle souriait.

- Ayd !...

Je lui stoppais son petit cri en posant mon doigt devant sa bouche et en lui mimant de ne pas faire trop de bruit, elle me répondit d'un hochement de tête pour acquiescer. Je m’accroupissais alors pour me mettre à son niveau et lui chuchotais :

- Bon anniversaire petite étincelle, tiens souffle tes bougies.
Disais-je en créant 16 petites flammes devant elle.

Toute contente, elle souffla alors ses fameuses bougies avant de se mettre en position assise sur le bord de son lit, elle attendait comme si elle savait que j'allais lui annoncer quelque chose, elle avait fini par me connaître. Donc sans vraiment la faire attendre plus longtemps, je lui chuchotais.

- J'ai une grande surprise pour toi, je vais t'emmenais dehors et en plus, je vais t'emmener dans le ciel !
Disais-je alors avec un large sourire.

Elle me regardait totalement interloquée et en même temps attristée. Elle pensait sûrement que je lui faisais une mauvaise blague, elle qui ne pouvait pas sortir à cause de son mauvais système immunitaire. Mais mon sourire ne disparaissait pas, j'avais bien l'intention de lui montrer à quoi ressemblait le monde en dehors de sa chambre.

- Fais-moi confiance, je vais te protéger de ta maladie.

Après avoir dit cela, je m'approchais d'elle, je la prenais ensuite dans mes bras, le portant comme une princesse et je créais autour d'elle au niveau microscopique par-dessus la peau, comme une couverture de très très forte chaleur qui recouvre chaque endroit du corps sans vraiment la toucher, et bien entendu, je faisais en sorte que la chaleur ne l'affecte pas elle, de ce fait les microbes seraient détruits à cause de l'immense chaleur avant d'atteindre son corps. Après avoir créé cette deuxième peau invisible, j'ouvrais sa fenêtre et sautais de celle-ci toujours avec Kassandra dans mes bras.
Au début, elle était apeurée, peur qu'elle puisse mourir à cause de ça, puis elle finit par lentement se détendre, et à lentement apprécier le moment présent.
Après quelques minutes à rester sur place pour l'habituer, je commençais à marcher en direction de la forêt, elle me tenait par le cou et regarder absolument tout autour d'elle, elle était si heureuse à ce moment précis, elle découvrait un monde qu'elle ne pouvait qu'imaginer dans ses rêves.

Quand enfin, on arrivait bien dans les bois profonds, je la posais au sol, elle touchait à tout, regardé tout, et même sentait tout, ce sourire sur son visage, je ne l'oublierais jamais. Puis je lui fis signe de revenir vers moi avant de lui dire :

- Maintenant, je vais te montrer ton plus gros cadeau.


- Parce qu'il y a encore mieux ?! Dit-elle tout excitée.

- Oui, mais tu dois me promettre de ne pas être effrayée, d'accord ?
Lui dis-je en tirant la langue.

Elle semblait ne pas comprendre pourquoi je venais à lui dire ça, ce qui était compréhensible.

- Tu sais Kassandra, je ne suis pas un simple humain, à vrai dire, je ne suis pas humain du tout.

Puis un grand sourire se dessina sur son visage, ainsi qu'un petit rire pour suivre.

- Tu sais Aydan, je ne suis pas si bête, je sais bien que les humains ne peuvent pas faire ce que toi tu fais, et puis en 10 ans, tu n'as pas changé d'un poil, mais peu importe ce que tu es, tu resteras toujours mon meilleur ami... Non, mon grand frère.

À la fin de sa phrase, j'étais comme figé, je voulais sourire de joie, mais je n'y arrivais pas, mon corps était juste... Bien. Ne répondant plus à mes ordres. J'étais, heureux ? Oui, c'est ça, j'étais heureux, mais pas le sentiment de bien-être que je ressentais tout le temps, celui qui me permettait d'être toujours joyeux, ce sentiment-là me fit sentir bien plus vivant que je ne l'avais jamais été. Puis après quelque seconde un grand et joyeux sourire fini par se dessiner sur mon visage et j'étais encore plus enthousiaste pour la suite.

- Alors prépare toi pour la plus grande aventure que tu es jamais vécu, même les gens de ton village ne pourront jamais espérer avoir pareil !

Sans la prévenir, je la lançais en l'air vraiment haut, à 100 mètres du sol facilement. Elle cria bien entendu, un cri de surprise et un peu de peur, mais également d'amusement. Et enfin, je pris mon envole et me transformai progressivement en dragon avant de la réceptionner sur mon crâne draconique et de s'envoler haut dans le ciel avec elle. Durant le trajet vers les plus grandes hauteurs, elle cria tout du long, remplaçant progressivement la peur par l'amusement total. Quand on avait fini par atteindre une bonne hauteur environ 20km dans les airs, de quoi nous cacher avec les nuages, mais aussi d'avoir une vue imprenable sur le monde. Bien entendu avec sa deuxième peau, elle ne craignait pas le froid à cette altitude, et même, avec mon corps, elle ne pouvait pas le craindre, quant à l’oxygène, je connais quelque tour que Celsiar m'a appris.

- Alors tu es un dragon ? C'est fantastique ! J'ai un grand frère qui est un dragon !


Je parlais alors avec ma voix draconique, plus grave forcément.

- Ahaha, tu es vraiment marrante Kassandra, tu n'as même pas peur de tout ça ?

- Pourquoi je devrais avoir peur ? C'est fabuleux, je peux voir le monde, et puis je connais un dragon ! Si les autres du village le savaient, ils seraient super jaloux !

- J'en doute ahaha ! J'adorais vraiment cette gamine, une petite sœur humaine...

- Je t'adore Aydan, tu es vraiment le meilleur ! C'est le meilleur... Cadeau du monde...

Puis elle finit par s'endormir sur mon crâne, son petit corps fragile ne pouvait en supportait d'avantage, elle avait besoin de sommeil. Je finis donc par la ramener chez elle, la couchant dans son lit après avoir enlevé sa seconde peau protectrice, elle dormait comme un loir. Je venais alors lui déposer un bisou sur le front.

- Dors bien... Petite sœur.

Puis je finis par m’éclipser de la même manière que d'habitude, par la fenêtre. Ce n'était bien entendu pas notre dernière rencontre, mais c'était devenu depuis ce jour, notre petit rituel, à chaque anniversaire, je lui emmenais faire un tour du monde sur mon crâne.

Fin de la seconde partie...

_________________


Dernière édition par Aydan Draknar le Mer 30 Mar - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aydan Draknar
Primordial du Feu
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 24/11/2014
Localisation : Partout et nul part à la fois

MessageSujet: Re: Récit du Passé: Une amitié meurtrie [SOLO][FINI]   Mer 9 Mar - 20:40

Je revenais donc de plus en plus souvent chez elle, m'amusant toujours avec elle, l'emmenant parfois sur des montagnes, parfois nager dans un lac, j'étais vraiment comme une grand frère attentionné envers sa petite sœur. À cette époque, je ne me souciait même plus du fait que c'était une humaine j'en avais même totalement oublié que je pouvais la perdre un jour... Mais je n'aurais jamais cru que ce jour viendrait aussi vite...

An 7484 :

Cela faisait quelque mois que je n'avais pas pu venir, je dormais à vrai dire. Oui, je dors peut-être une fois tous les 20 ans, mais quand je dors, je le fais pendant plusieurs mois. Enfin bref, pour me faire pardonner de mon absence, j'avais l'intention de lui montrer absolument tout ce qu'elle voulait, pour la première fois de ma vie, j'allais laisser quelqu'un s'amuser avec moi, et pas l'inverse.

J'arrivais donc d'un pas léger devant sa demeure, ne prêtant pas attention à quoi que ce soit à vrai dire, j'étais juste complètement plongé dans mes pensées, sur ce qu'on allait bien pouvoir faire. Quand j'y pense, si j'avais fait plus attention...
En arrivant devant chez elle, mon sourire quitta mon visage, je n'étais pas sûr de ce que je voyais, je ne voulais pas croire à ce que je voyais. Je voyais à travers les murs de la maison, un corps au-dessus du lit de Kassandra, et celle-ci dans lit, mais froide, totalement froide. Je devais être encore en train de dormir, en train de faire un cauchemar, ça ne pouvait être que ça, je voulais que ça soit ça !
En un éclair, je rentrais chez elle, le faisant avec mon corps humain, en ouvrant la fenêtre, je n'avais même pas pris le temps de le faire de manière discrète comme d'habitude. Devant moi était présent la scène ultime de mon cauchemar, un homme à l'aura démoniaque devant le corps inerte ma petite sœur, les yeux regardant dans le vide, et la peau blanche cadavérique... Sur mon visage si souriant en temps normal, n'avait fait place qu'à une grande tristesse, à une incompréhension, comment ? Pourquoi ? C'est une blague ? Toutes ses questions traversèrent mon esprit en l'espace d'une seconde. Puis une voix finit par briser le silence.

- Tu dois être Aydan, nan ?

Je me tournais alors vers l'homme, à son aura, j'avais reconnu que c'était un incube. Comment connaissait-il mon nom ? C'était lui qui avait fait ça à ma petite sœur ?! Doucement, ma tristesse commençait à être remplacée par une effroyable colère...

- Je ne sais pas qui tu es, mais merci, elle pensait que j'étais ton ami. J'ai pu facilement la charmer durant ses quelques mois. Sans toi, ça n'aurait jamais pu être aussi faci-...

Il n'avait pas eu le temps de finir sa phrase que ma main ouverte embrassait parfaitement son visage, la seconde d'après dans un énorme bruit, il se retrouvait à 2-3 kilomètres de là dans la forêt. Je pris alors quelque seconde pour prendre la main de Kassandra, totalement froide.

- Attends-moi petite sœur, je vais vite en finir avec lui...


Puis le visage totalement emplis de colère, je partis rechercher cette immonde ordure. Il n’eut même pas le temps de comprendre quoi que ce soit, que j'étais déjà devant lui, j'avais beau encore arboré mon visage humain, je n'avais plus rien d'humain dans l'expression de celui-ci. Juste une masse de rage intense ne répondant plus qu'à un seul instinct, la vengeance. Il balbutiait des choses, mais je n'entendais rien, la seule chose que j'entendais, c'était les battements de mes flammes qui résonnaient aussi fort que des tambours dans mes oreilles...

- Tu vas souffrir pourriture... Ne crois pas perdre la vie aussi facilement !

Il se releva dans la hâte transformant ses ongles en griffes, me faisant fasse avec de la peur dans ses yeux, dans la crainte, il m'attaqua m'enfonçant ses griffes dans le ventre, mais sa peur ne fit que grandir en voyant qu'aucune goutte de sang ne tombait, seulement des flammes qui fermaient les trous fait par ses griffes. Je posais alors ma main sur son épaule gauche sans qu'il puisse réagir, forçant ma poigne jusqu'à entre un bruit d'os se fracassant entre mes doigts. Il cria alors de douleur, et dans une ultime tentative désespérée, il tenta de fuir.

- Tu veux jouer à trappe trappe ? Ça tombe bien, j'adore jouer !!!


Je lui laissais croire qu'il pouvait me distancer, lui laisse 500 mètres d'avance, puis la limite atteinte, je lui fonçais dessus, venant prendre l'arrière de son crâne pour venir faire s'embrasser son visage et une dizaine d'arbres. Puis il finit par tomber au sol sur le dos, il n'était pas mort, juste un petit peu amoché. Mais j'étais loin d'en avoir fini.
Je venais casser chacun de ses os à coup de pied, prenant mon temps entre chaque coup, prenant plaisir à l'entendre crier de douleur. Puis mon pied devenait progressivement une pattes, prenant de plus en plus de taille jusqu'à ce que mon corps draconique soit complètement formé bloquant son corps devenu tout petit par rapport à moi entre deux de mes griffes. Puis venant planter le bout de ma griffe dans son ventre, en essayant de ne toucher aucun point vital, je le lançais en l'air, à environ 70 mètres du sol pour bien le voir devant ma gueule. Puis quand sa chute commença à se faire, je créais alors autour de lui des flammes qui commencèrent à le ronger à petit feu, le faisant une dernière fois crier d'agonie. À la fin de sa chute, il ne restait plus qu'un tas de poussière.

Malgré ma vengeance faite, mon cœur n'en rester pas moins complètement vide, ma rage avait disparu laissant à nouveau place à une profonde tristesse. Des larmes de feu commencèrent à tomber sur le sol de la forêt, commençant à enflammer celle-ci. Puis mon cri de tristesse commença à se faire entendre à des dizaines de km à la ronde.
Après bien 30 minutes de cris et un bel incendie, je repris mon calme, éteignant les ravages de la forêt que j'avais provoqués et reprenant ma forme humaine.
Je retournais le pas lourd vers la demeure de Kassandra, tout le village était réveillé, en me voyant arriver, ils me pointèrent avec des fourches et autres faucilles, mais aucun n'avait le courage de m'attaquer. Puis enfin, j'arrivais au pied du lit de Kassandra, je lui fermais ses yeux, laissant l'impression qu'elle dormait juste, puis je la pris dans mes bras quand j'entendis les villageois m'interpellais !

- Qu'allez vous faire de cette pauvre enfant, monstre !!

Je jetais alors mon regard empli de tristesse vers la foule.

- Je vais lui offrir le plus beau repos éternel qu'elle puisse avoir.


Ma phrase finie, je pris directement mon envol, me transformant progressivement en dragon. Volant en direction de mon père, Yggdrasil. Une fois arrivé à destination, je posais lentement le corps de ma petite sœur sur les racines de l'arbre monde.

- Je t'en pris Père prend soin de son corps, offre lui le plus beau des repos...

Mon père comprenant ma tristesse, pris Kassandra entre ses racines, la ramenant en son sein, là où elle pourrait dormir paisiblement pour toujours...

Fin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Récit du Passé: Une amitié meurtrie [SOLO][FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Récit du Passé: Une amitié meurtrie [SOLO][FINI]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ~ Le passé révélé ~ [Solo, lecture de lettres]
» La liberté d'une amitié interdite (solo)
» Un Titanic pas si dramatique. [Mission rang C, Solo, Fini]
» Un Voyage Inattendu [Rp Solo - FINI]
» Le lapinou d'une demoiselle ! (Chasse solo) (FINI)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myth ::  :: La Forêt :: La clairière-
Sauter vers: