Myth

Le forum est déserté. Vous pouvez l'utiliser pour rp autant que vous voulez sans avoir besoin d'être validés. Enjoy.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour quelque chose qui naît, il faut quelque chose qui meurt. (Solo)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lune
Rpiste débutant
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 11/03/2016
Age : 31

MessageSujet: Pour quelque chose qui naît, il faut quelque chose qui meurt. (Solo)   Mer 16 Mar - 16:07

Une bonne nouvelle s'est accompagnée d'une très mauvaise.

Mon père est retrouvé, et est encore vivant. Il est comme ma génitrice l'a décrit : souriant, détendu, très joueur et toujours prêt à rire de tout. Comble du bonheur, il a tout de suite vu qui j'étais et même si je n'étais pas à l'aise dans ce genre de relation, sa seule joie de vivre a comblé cette lacune. Je n'avais que sa description physique et son métier de chaman, de là, j'en ai assez difficilement retiré un nom, Khajeï, et à partir de là, il fut facile de connaître son endroit de résidence.


La mauvaise nouvelle est que ce dernier n'est autre que la prison. J'avais bon espoir de vivre quelque chose d'assez fort avec mon géniteur mais à travers les barreaux d'une cage, ce sera plus délicat. Il ne sait pas pour combien de temps il en a mais se réjouit de ne pas avoir eu la tête tranchée. J'avais vraiment du mal à partager son enthousiasme car j'ai appris qu'il croupissait ici depuis plus de quatre ans et qu'il n'était même pas coupable de ce qu'on lui reprochait. Pour sa part, adorable comme il l'était, il n'avait pas eu envie de démentir l'accusation car il "ne voulait pas attrister sa maison Neko". Khajeï a donc tout pris sur lui et a accepté l'emprisonnement avec le sourire en espérant que ça ne dure pas trop longtemps tout de même.

Mon géniteur a commencé l'histoire de son accusation mais s'est malheureusement bien trop vite arrêter. Soit-disant que j'allais vouloir le venger ce qui n'était pas tout à fait vrai, je voulais juste en savoir le plus possible avant de prendre ma décision. Je dus user de beaucoup de mes ressources, et de mes yeux de chatte triste tout ronds afin qu'il me révèle tout.

Il avait été simplement accusé d'avoir subtilisé et convoyer des objets d'art Anima. J'étais assez surprise de la dureté de la condamnation mais je le laissais finir tout de même son histoire...

"... C'était ce Neko mais j'sais plus vraiment son nom. Un type au poil noir qui ressemble à un humain, 'fin bref, il m'a demandé de transporter des objets d'art d'une grande valeur jusqu'au port. Moi, j'me demande bien pourquoi, ce n'est pas mon travail mais j'accepte..."

Jusque là, ça sentait la curiosité à plein nez.

"... C'est alors qu'ils me sont tombés dessus, au moins dix ou douze gardes de la maison ! J'me suis pas défendu, tu penses ! Ils m'ont arrêté, ont fouillé la marchandise pas bien longtemps avant de tomber sur les statuettes que j'avais pris soin de cacher dans les sacs de grains, 'cause des voleurs, tu comprends ?"

Ça, pour te comprendre ...

"Et là, m'arrive un truc vraiment pas banal, on me porte devant le prétendant au trône de la maison lui-même afin qu'il puisse rendre justice, et tu sauras pas quoi ... Beh c'était le même Neko que celui du début, le même au poil noir ! Alors moi, j'ai voulu être gentil et j'ai tout dit ce qu'il voulait qu'je dise."

J'hésitais à poser la question mais la réponse vint toute seule.

"Tu d'vinera jamais, ce Neko est du coup l'actuel chef de la maison. Z'ont du le nommer après ça, bon, c'est pas le mauvais bougre, il a juste voulu s'amuser et il a du oublier de me libérer depuis, c'tout."

Oui, ou alors, il a pris le Neko le plus stupide qu'il ait pu trouver sur l'ile, lui a demandé le transport de marchandises volées et a été accusé à tord de tout ce trafique. Quand il a été interpellé, il savait que Khajeï ne dirait pas un mot par pur politesse et bien entendu, il a bien l'intention de le laisser croupir ici au cas où s'il se mettait à révéler au grand jour les raisons de son enfermement.
Donc non seulement Eröndir n'était qu'un imposteur au trône qui n'avait pas hésité à faire accuser un innocent pour servir ses propres intérêts, mais en plus, il nous représentait nous, Nekos du monde ! Et en plus, il avait fait du mal à mon papa... Moi qui pensais qu'au moins la personne à notre tête était dépourvue de corruptions mais bien au contraire, il baigne dedans et en est même à l'origine.

J'embrassais mon père comme je le pouvais au travers des barreaux en essayant de cacher les larmes qui me montèrent aux yeux. Il m'avait convaincu, mon but sera désormais de supprimer ce charlatan de notre belle maison. Pour cela, il fallait que je fasse appel à une professionnelle en la matière : ma p'tite maman.

Avant de repartir pour Myth, Khajeï m'avait demandé de lui ramener quelques feuilles de ses précieuses "plantes magiques" qu'il faisait pousser chez lui et qui, disait-il, avait un effet particulièrement décontractant. Apparemment, ça l'aiderait à rester calme dans la prison.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune
Rpiste débutant
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 11/03/2016
Age : 31

MessageSujet: Re: Pour quelque chose qui naît, il faut quelque chose qui meurt. (Solo)   Sam 19 Mar - 20:46

De retour à Myth, j'avais l'esprit plus embrouillé qu'une omelette faite par un aveugle.

Tuer Eröndir était devenu essentiel si je voulais que mon géniteur revoit un jour la lumière de la nuit, c'était lui-même qui me l'avait dit car avec un changement de dirigeant était procédé une révision des lois et du même coup, des temps d'emprisonnements. En bref, je n'avais pas le choix de demander à Shae des informations sur l'actuel chef Neko, l'idée m'a bien entendu traversé l'esprit de lui demander aussi de le séduit et d'en extraire toute son énergie jusqu'à sa mort, mais je me devais d'accomplir moi-même cette tâche, mais comment ?

Cette dernière fut d'ailleurs assez étonnée par mon ton professionnel quand je lui ai demandé toutes les informations qu'elle avait. Je lui ai donc avoué que depuis tout ce temps, je me suis effectivement renseignée sur mes origines et que, prise de passion pour les Nekos, je passais énormément de temps sur l'ile Anima. Elle n'en fut pas le moins du monde outrée et m'aida même dans ma tâche.

"Ce qu'il te faut, c'est le connaître, être sur d'aller jusqu'au bout, et un plan très simple"

"Un plan simple, j'en ai déjà un ! Il me faut juste une corde de trois mètres en chanvre, un enfant capable de manipuler du feu, une peinture de licorne, des fleurs d'hibiscus du désert, un Worg rapide et ..."

"... Il aime le bon vin rouge, tu pourrais commencer par ça. Pour le reste, sers toi de ce que tu as déjà"

Je me remis à l'élaboration d'un autre plan de suppression. Je pourrais par exemple créer un accident de cheval ou encore déclencher un incendie mais c'était trop incertain et trop dangereux pour d'autres personnes. Un plan simple, existait-il seulement un plan simple pour tuer quelqu'un ? Parce qu'à part mes connaissances poussées sur le cambriolage et la chasse aux trésors, je n'avais pas spécialement ...

C'est alors que l'idée la plus bête et la plus idiote germa dans mon esprit, si idiote que je me demandais pourquoi personne d'autre à ma connaissance ne l'avait encore mise en œuvre. Je me redressais d'un coup, embrassais ma génitrice pour ses précieuses informations avant de sauter sur le dos d'Eclipse direction plein sud.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune
Rpiste débutant
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 11/03/2016
Age : 31

MessageSujet: Re: Pour quelque chose qui naît, il faut quelque chose qui meurt. (Solo)   Sam 19 Mar - 21:19

Étape 1 - Les oiseaux commencent par apprendre à voler, les chats aussi.

Me rendre dans la cave du grand chef n'avait absolument rien de compliqué. Il suffisait d'aller aux cuisines très tôt le matin pour prétendre livrer des œufs et de demander à être payer. Comme le cuisinier n'arrivait pas avant le milieu de la journée et que personne n'avait passé aucune commande et ne voulait pas payer quelque chose de sa poche, en général la "livreuse" pouvait déambuler pendant plusieurs heures sans risquer de se faire interpeller.

Les caves étaient fermées par une simple serrure à double crochets, manifestement, elle n'était pas ouverte souvent et devait enfermer que des boissons pour de rarissimes occasions. J'entrouvrais la porte qui émit un grincement et me faufila à l'intérieur. Une fois là, je repérais facilement la boite qui renfermait la bouteille qui avait l'air la plus précieuse. Elle était au fond, sur un petit piédestal et couverte de poussière. Après avoir subtilisé la bouteille, je remis la boite en place avant de disparaitre. Je ferais tout de même estimer ce vin, pour être sure.


Étape 2 - Un plan ostentatoire.

Le désert était grand, fort heureusement, mon but n'était pas loin d'une route de nomade et de marchands. Avec la pointe de ma griffe, je suivais ce trajet sur la carte, ce trajet dont je revenais à peine d'ailleurs pour m'assurer que tout était bien en place. Je me rappelle de ces rochers, de cette forêt et surtout, de ce fort en ruine cachant un merveilleux trésor qui, disait-on partout, comportait entre autre une amulette au pouvoir unique et des pièces d'or à ne plus savoir qu'en faire. D'un air rêveur, je continuais à tracer la route sur cette carte avec mon doigt.

L'arrivée dans la taverne du fameux Eröndir eut tôt fait de me faire sortir de ma rêverie. D'un geste rapide, je me pressais de ranger la carte dans mon sac mais il était trop tard car ses yeux s'étaient déjà portés sur moi. Il chuchota quelque chose à l'un de ses gardes du corps qui vint directement sur moi. Après avoir été bousculée en tout sens, je lâchais enfin le précieux parchemin en protestant et en suppliant. L'un d'entre eux me demanda si j'étais la propriétaire légitime de cette fameuse carte. Je me renfrognais sans rien dire, je ne pouvais pas mentir aussi aisément et s'il était exact que j'avais moi-même produit le dessin, l'encre et le papier ne m'appartenaient pas à la base.

Le garde partit alors d'un rire gras, le parchemin en main, en me disant que du coup ça n'allait pas me manquer. Pour ma part, je souriais en les voyant partir : une personne qui a toujours ce qu'elle désire se met nécessairement à désirer la mauvaise chose.


Étape 3 - Une dernière volonté ?

La nouvelle du départ du chef Neko ne tarda pas. Il avait sois-disant une mission urgente de consultant. Pour ma part, j'étais aux premières loges lors de son départ, j'avais changé d'atours en revêtant une légère robe de satin noire dont je savais qu'il ne serait pas indifférent. Très humblement, je m'approchais de lui et lui offrit une outre de voyage contenant du vin que je promettais être particulièrement bon. Il me remercia un peu impersonnellement et partit, je savais qu'il avait autre chose en tête en ce moment pour ne serait-ce que se méfier d'une simple étrangère et de son offrande.

Pendant qu'il fut partit, je passais beaucoup de temps à la prison avec mon père. Ses connaissances en matière de culture et de politiques étaient passionnante. Quatre ans passés emprisonné et on avait le temps de réfléchir et de se poser les bonnes questions, disait-il. Pour ma part, c'est seulement à ce moment que je lui révélais mon plan en détail. De toutes façon, la machine était en marche et impossible a arrêter.

"... Il s'agissait d'un ancien tombeau à moitié recouvert de sable, il m'a suffit d'y entrer, d'ouvrir le cercueil et de poser le petit coffre soigneusement entre les mains du squelette qui y gisait."

"D'accord, p'tite, mais comment comptes-tu t'y prendre, je ne comprends pas. Tu es là, et il doit être arrivé à l'heure qu'il est."

"T'fais quoi après une traversé du désert, puis la recherche d'un tombeau en long et en large avant d'enfin trouver un coffre avec plein de jolies pièces dorées ?"

"Si j'arrive à en faire péter la serrure, 'plonge mes mains dedans directement !"

"Malgré les scorpions ?"

"Quels scorp... "

Il s'était arrêté net avant d’éclater de rire. Heureusement qu'il riait très souvent car les gardiens de la prison ne se sont même pas retournés pour comprendre l'origine de son hilarité. Oui, le plan était d'une simplicité enfantine : une fausse carte au trésor, un voyage éreintant et légèrement dangereux, un véritable trésor au bout qu'un chef a peur de se faire dérober s'il envoi quelqu'un d'autre et un tout aussi véritable piège à base de dards.

"Et le vin ? Le vin que t'as piqué puis offert à nouveau au même type... Il était drogué ou empoisonné ?"

"Absolument pas, mais t'penses pas que j'allais le laisser quitter ce monde sans avoir goûté une dernière fois à un petit plaisir."



... La nouvelle de la mort tragique d'Eröndir Varkrik, chef des Nekos arriva trois jours plus tard...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour quelque chose qui naît, il faut quelque chose qui meurt. (Solo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour quelque chose qui naît, il faut quelque chose qui meurt. (Solo)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut de tous pour faire un monstre [pv Elle]
» quelque chose qui me tient a coeur
» Pour la rentrée, nos admins il faut aider XD
» Feuille de frêne(je sais pas si faut autre chose) || 13 Sept.
» Il y a un bon et un mauvais côté à chaque chose... | Givre ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myth ::  :: Misuto :: Maison Neko-
Sauter vers: