Myth

Le forum est déserté. Vous pouvez l'utiliser pour rp autant que vous voulez sans avoir besoin d'être validés. Enjoy.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!Hentaï/!   Mer 6 Aoû - 15:26

Valentine était tranquillement posé à regarder un tableau, représentant le portrait de sa mère, quand soudain, la tristesse s'installa en elle. Dans le fond, tout le monde la prenait pour une nymphomane, une bête de foire, qui saute sur tout homme qu'elle trouve, pourtant, elle n'avait pas toujours été comme ça, elle avait été humaine, elle avait été femme un jour.

Elle se replongea dans ses souvenirs, dans son enfance... Son père trop occuper à élever ses fils pour le futur trône, ne c'était jamais réellement préoccupé d'elle. Elle était seule au monde, face à l'éducation de ses frères depuis son plus jeune âge. Elle n'avait que six ans quand elle vit sa mère mourir sous ses yeux. Elle se suicida, elle n'en pouvait plus de voir ses fils commencer déjà si jeune à s’entre-tuer pour l'éventuel trône qu'il pourrait occuper, elle se sentait tellement démunit qu'elle se tua, elle se planta un couteau en elle, sous les yeux de Valentine. Depuis elle vivait avec cette image de violence qui hantait son esprit. Elle vit se sang s'écouler du corps de sa mère. Elle voyait sa mère s'en aller, disparaître de leur vie. Valentine se sentais impuissante, et depuis ce jour, elle se sentit également éternellement seule.

Depuis, elle n'avait presque plus jamais décroché un seul sourire. Elle était devenue une petite fille cruelle, qui faisait des crises assez rapidement pour rien. Tout le monde avait mis cela sur le fait qu'elle était capricieuse et donc qu'elle voulait obtenir tout ce qu'elle voulait, mais dans le fond, ce que personne savait, c'est que ces crises d'hystérie étaient justes le reflet d'un profond mal-être.

Elle n'avait jamais pleuré la mort de sa mère, ses frères étaient bien trop peiner, elle ne devait pas montrer sa douleur, il lui fallait rester forte pour eux, pour pouvoir les éduquer, pendant que leur père occupait le trône et régnait sur tout le royaume.

Depuis ses six ans, elle passait le plus clair de son temps dans la pièce du drame. Elle peignait, sculptait, écrivait, toutes ses activités artistiques, toute sa créativité, elle le trouvait dans cette pièce. C'était là où elle vit sa mère en vie pour la dernière fois, c'était le dernier souvenir qu'elle avait d'elle. Elle était restée bloquée à cette date, à ce jour, à cette minute. Elle vivait pour elle, elle vivait dans le reflet de sa défunte mère.

Dans le fond, si Valentine n'est jamais tombé amoureuse, c'est à cause de ça. Depuis ce jour, elle s'est interdite de lié tout lien avec qui que ce soit, de peur de le voir disparaître... Sa mère était-ce qu'elle avait de plus chère au monde, elle était la personne à laquelle elle tenait le plus, mais sa mère n'était plus, et les sentiments, c'étaient envolée de son cœur, elle devint froide et agressive.

C'est également pour cette raison que toutes personnes parmi le royaume lui offraient ce qu'elle voulait. Tout le monde savait le traumatisme qu'elle avait vécu, il savait toute la douleur qu'elle ressentait, et personne n'osait lui refuser quoi que soit. Ils voulaient tous à leur manière combler le vide qu'elle avait au fond d'elle, mais rien n'y faisait.

Valentine se mit à pleurer en repensant à cela... Pourtant, si la mort de sa mère l'avait rendu froide et agressive, ce n'est pas cela qui l'a rendit nymphomane, qui fit d'elle une bête...

Un passé bien plus douloureux, une plaie non panser bien plus profonde que cela, avait fait d'elle la dévergondée qu'elle était. Une dévergondée à contre cœur... Qui ne recherchait qu'en fait que l'amour...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\   Mer 6 Aoû - 22:12

En effet, ce qui fit que Valentine était devenu la dévergondée qu'elle était aujourd'hui, était une douleur tout autre que la mort de sa mère. Une peine si profonde, que cela la faisait plonger dans un néant de souffrance. D'ailleurs, elle y repense souvent, à vrai dire tous les jours, mais elle n'en parle à personne. D'ailleurs personne n'est au courant de ce passé là, personne ne sait ce qui lui est arrivé. Tout le monde pensait que sa nymphomanie était naturelle, que cela était ancré dans son caractère et que dans le fond, elle aimait ça être prise pour une bête de foire, une pauvre putain...

Pourtant, le regard des autres, coucher chaque soir avec pleins d'homme différent lui brisait le cœur. Ce n'était pas elle cette fille, mais elle s'en donnait l'image, elle essaye d'oublier. Oublier quoi ? Ce qui la rendait si triste, qui faisait d'elle une bête.

Elle ne supportait pas qu'on la regarde comme une pute, elle n'aimait pas qu'on la dévisage, parce que dans le fond, elle savait bien que c'est ce qu'elle était et elle ne voulait pas l'admettre, encore moins le voir dans le regard des autres. Alors, quand elle voyait des personnes la regarder ainsi, elle s'énervait directement.

Elle avait seulement quatorze ans quand cela lui arriva. Un homme, plus exactement un homme au service de son père. Il était son professeur d'art. Oui, car si aujourd'hui Valentine était si naïve, cela était dû au fait que son père ne l'avait jamais réellement fait sortir du château jusqu'à sa majorité. Elle ne savait rien du monde qui l'entourait et de ces dangers. Elle souffrait juste de la mort de sa mère de temps à autre, mais à part ça, elle avait plutôt une belle vie tranquille. Pourtant, cet homme fit basculer sa vie dans le plus grand des enfers du monde entier, dans un chaos infernal, qui l'a brisa à jamais, lui fit perdre confiance en l'homme.

Comme chaque mercredi, il lui enseignait la peinture. Or ce jour-là, il commença à avoir un geste déplacé envers elle. Doucement, elle sentit une de ces mains descendre le long de son corps, pour se poser délicatement, comme si de rien n'était sur ces fesses. Elle se sentait mal à l'aise, ne savait pas quoi faire, ni même comment réagir. Alors sans rien dire, elle continua à faire sa peinture, en espérant qu'il arrête son petit jeu... Mais cela fut bien pire...

Il commença à l'embrasser dans le cou. S'en était trop, Valentine le repoussa d'un geste brusque.


« Tu le prends ainsi ? J'aurais pu être doux et tendre, mais si c'est de la violence que tu cherches, tu vas en avoir ! »

Alors il l'a poussa violemment contre le mur. Elle se prit tous les objets présents derrière elle. Elle, c'était couper, elle avait mal, mais lui s'en contre-fichait, il était en train de faire d'elle sa poupée de chiffon, son pauvre pantin.

Il arracha ces vêtements sans même réfléchir. Puis la griffa, jusqu'au sang... On pouvait voir du sang dégouliner de son dos, couler goutte par goutte, de toute petite goutte, qui représentait aux yeux de Valentine, des petits couteaux qui la piquaient lentement, mais continuellement.


« Tu n'es qu'une putain et les putains, on les baise ! » Dit-il de façon cru et vulgaire.

Elle pleurait, elle n'en pouvait plus, les larmes s'écoulaient d'elle, elle ne pouvait cesser, elle ne pouvait s'arrêter, tout cela devenait insoutenable, elle ne pouvait plus tenir debout, elle ne pouvait plus penser. En fait, elle ne pouvait plus rien faire du tout.

Ces mains passaient sur chaque parti de son corps... Elles les sentaient, mais elles étaient à ces yeux des brûlures interminables. Elle attendait seulement que cela se finisse, qu'elle se réveille de ce cauchemar et qu'elle puisse enfin retourner dans sa petite vie tranquillement. Sauf qu'elle ne rêvait pas, elle n'allait pas se réveiller et... Elle n'allait pas s'en remettre.

Il l'a brûlait de ces mains, il la glaçait du regard. Toutes sensations de chaud et de froid, la répugnaient à présent...

Sans qu'elle s'y attendre, il s'enfonça en elle, s'efforça de la pénétrer malgré la résistance, et finit par y arriver. Valentine criait, hurlais de douleur, mais il restait insensible à ses appels au secours. Elle sentait chaque allée et vient qu'il faisait en elle, elle sentait chacun de ces coups de reins, elle sentait le plaisir qu'il prenait alors qu'elle... Elle était en train de mourir à petit feu. Doucement, elle le sentit exploser de plaisir en elle et se retirer, en la regardant d'un air satisfait.

Sur les jambes de Valentine tombait petit à petit du sang, de plus en plus de sang, mais lui s'en moquait, il était bien trop heureux de ce qu'il venait de faire. Il ne pensait qu'à sa petite personne, la douleur d'autrui ne lui faisait absolument rien.

Valentine, ce dû de rester dans le silence, elle ne pouvait pas faire autrement. Alors chaque mercredi, elle devenait la putain de cet homme, obéissant à ces ordres, à sa violence, sa brutalité. Jusqu'au jour où elle cessa les cours de peinture. Cela dura trois ans. Il lui avait volé sa virginité, son innocence...

Depuis ce jour Valentine déteste les hommes, n'a aucune confiance en eux. Alors elle commença à ne faire d'eux que ses objets, ses esclaves sexuelles. Elle voulait se venger d'en avoir été une pendant des années... Seulement voilà, les hommes ne refusaient jamais à une charmante jeune fille un acte sexuel. Elle souffrait de coucher avec tant d'homme chaque soir, mais elle ne savait pas faire autrement. D'ailleurs, elle ne connait que des actes violents. Jamais elle n'a pu avoir un rapport doux et tendre. Elle a seulement recopié ce que son violeur lui avait fait subir...

La femme avant la bête... Oui, Valentine fut une femme un jour, puis elle devint cette bête, cette putain, cette dévergondée. Elle l'était à contre cœur, mais elle ne connaissait rien d'autre et ne voulait en aucun cas faire confiance à quelqu'un...

Elle fut femme... Mais désormais elle n'est qu'une pauvre bête de foire, qu'on baise et qu'on jette...


Dernière édition par Valentine Crowblack le Dim 10 Aoû - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\   Ven 8 Aoû - 17:17

Valentine était depuis ses huit ans enfermés dans la résidence du château. Elle n'avait eu aucun droit de sortir, d'aller ailleurs, jusqu'à ce qu'elle atteigne la majorité. Pourquoi son père prit une telle décision du jour au lendemain ? Pourquoi Valentine ne se souvient plus de ce qui a bien pu arriver ?

En réalité, quand elle avait huit ans, celle-ci se fit agresser. À l'époque, la ville d'Elesia était malheureusement bien pauvre. La famille Crowblack était les seules personnes possédantes des biens de valeur, possédante de l'argent...

Un jour comme les autres, Valentine se baladait en ville, pour passer le temps, pour songer, pour observer le peuple. Seulement voilà... Trois hommes commencèrent à l'encercler.


« Passe-nous tes économies, petite » Lui dirent-ils brutalement.

Elle jeta alors les sous qu'elle avait en sa possession en direction de l'homme...


« Tes bijoux, ma petite... Ce collier, il m'a l'air d'une forte valeur... Donne-le-moi ! »

Elle ne voulait pas lui donner, ce collier appartenait à sa mère. Oui, il avait de la valeur, surtout une valeur sentimentale aux yeux de Val. Elle ne répondit rien, ne fit aucun geste, se refusant à leur donner son collier.

L'homme la poussa alors durement, ce qui la fit tomber au sol... Val se replia sur elle-même, rejoignant ses genoux auprès d'elle et les encerclant de ses bras... Se protégeant du mieux qu'elle pouvait de ces brigands.

Alors l'homme commença à utiliser de la magie... À l'époque, elle savait plus ou moins ce que cela était, elle savait que certaines personnes possédaient en eux des pouvoirs magiques, surtout ceux des éléments. Cet homme possédait une magie en rapport avec le froid... Pas si puissante que sa comparée au Démon du froid, mais assez puissant pour apeurer la pauvre enfant.

Il commença à geler les bras de Val, la laissant immobile et incapable d'agir face à son ravisseur. Se froid était trop puissant pour elle, trop puissant pour le corps de cette jeune, trop puissant pour un être si fragile psychologiquement.

Val s'évanouis en à peine quelques secondes. Les hommes paniquèrent... Malgré tout, ils ne firent rien, ils prirent juste son collier et s'en alla là laissant ainsi les bras gelés, évanouis au milieu d'une ruelle de la ville d'Elesia.

Son corps fut retrouvé quelque temps après, mais combien de temps était-elle dans cet état ? Sans doute des heures. Son père fut terrorisé, il pensait qu'après avoir perdu sa femme, il allait perdre sa fille bien-aimée. Tout le peuple fut au courant de cette affaire, ils priaient tous, espérait tous qu'un miracle arrive pour la jeune princesse.

Jusqu'au jour où une guérisseuse vint jusqu'au royaume aider la pauvre enfant. Elle acceptait de guérir celle-ci à une condition, qu'elle efface à jamais de sa mémoire tout souvenir de l'agression, tout souvenir de la magie. Son père se devait obligatoirement de lui cacher l'existence de tout pouvoir extérieur, l'existence de toutes choses surnaturelles qui existait dans ce monde.

La femme guérit Valentine, qui se réveilla comme si elle se réveillait d'un long sommeil... Sauf que depuis ce jour-là, elle ne supportait plus toute sensation de froid. Elle ne savait pas pourquoi et elle trouvait cela étrange.

Son père lui fit croire qu'elle avait perdu son collier. Elle se jura de le retrouver, c'était le dernier objet lui rappelant sa mère. A part la dague que sa mère avait utilisé pour se tuer et qui restait accrocher comme décoration dans la pièce où elle avait mis fin à ses jours. Protégés, pour éviter que quelqu'un s'en empare à cause de la puissance que celle-ci dégageait... Malheureusement, elle ne le retrouva jamais, mais si un jour, elle le voyait de nouveau, aucun doute qu'elle le reconnaitrait parmi tant d'autre.

Valentine ne supporta plus les hivers. À chaque fois que cette saison arrivait désormais elle restait enfermer chez elle, ne sortait plus dans son jardin, n'allait plus jouer avec la neige. Elle ne pouvait vivre qu'en été, qu'avec la chaleur.

C'est à cette époque qu'elle commença à devenir un peu pyromane. À force de craindre le froid, elle utilisa le feu de plus en plus pour se réchauffer, au point d'en devenir insensible...

Elle resta dix longues années enfermées chez elle. Elle ne put revoir que le monde extérieur qu'à ses dix-huit ans. Seulement, elle ne devait pas entrée en contact avec la magie... De risque de lui faire revenir tous ses souvenirs... Mais le pire serait qu'elle apprenne à s'en servir... Si elle se souvenait de tout ça, et qu'elle savait utiliser la magie, Valentine pourrait aller loin, très loin pour retrouver ses ravisseur et récupéré le collier de sa défunte mères.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
» L'héritage du Feu [PV Valentine Crowblack]/!\Hentaï/!\[Terminé]
» Quand les souvenirs refont surface [PV Valentine Crowblack] [terminé]
» Une bonne douche bien méritée [PV Lelouch][Hentaï]
» Histoire de Famille [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myth ::  :: Elesia :: Le château-
Sauter vers: