Myth

Le forum est déserté. Vous pouvez l'utiliser pour rp autant que vous voulez sans avoir besoin d'être validés. Enjoy.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une opportunité inespérée [Solo Garance]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   Sam 23 Aoû - 19:02

Avec tous les évènements qui s'étaient succédés dans sa vie, Garance avait quelque peu négligé ses cueillettes de simples.

Après sa rencontre avec l'Archange, il lui avait fallu plusieurs jours pour se remettre complètement. Elle avait été a peine capable de tenir son échoppe, alors faire l'inventaire de ses herbes était complètement hors de la portée de ses capacités intellectuelles plus que limitées par le traumatisme.

Encore aujourd'hui, elle avait du mal à se dire que s'était vraiment arrivé. Ça ressemblait tellement à un rêve... Mais, après tout, elle avait bien rencontré Dieu dans son herboristerie, pourquoi pas l'archange du savoir en rêve.

-« Faudra que tu me racontes un jour. »
Dit Cyrine dans son esprit, comme à chaque fois qu'elle laissait ses pensées vagabonder vers cet évènement précis.

Cyrine avait été plus que vexée de ne pas avoir participé à cette rencontre. Pendant plusieurs jours elle avait boudé, tenant Garance pour responsable de son éviction, au point que cette dernière s'était demandée si elle n'avait pas involontairement bloqué leur connexion.

Elle avait été surprise de constater que la présence envahissante de Cyrine lui manquait.

Au bout de quelques jours, Garance avait fait de gros effort pour inciter Cyrine à recommencer à lui parler. Elle alla même jusqu'à répéter l'erreur qu'elle avait faite, la première fois qu'elle avait essayé de communiquer avec elle, dans le cimetière, avec les mêmes effets. Sauf que cette fois, il n'y avait personne pour la ranimer et elle était restée inconsciente plusieurs heures, avant de reprendre connaissance derrière son comptoir, avec une Cyrine affolée qui hurlait dans son esprit.

Depuis ce jour, Cyrine la harcelait de question pour savoir ce qui s'était passé lors de sa « petite mort » comme elle disait, mais elle avait arrêté de bouder.

Garance repensait à tous ces évènements en inventoriant ce qui lui restait de son stock d'herbes.

Quand elle réalisa à quel point ses stocks étaient bas, son instinct de commerçante repris le dessus, chassant toutes les pensées parasites.

Il fallait qu'elle aille cueillir des plantes, et sans tarder, sinon, la boutique qu'elle avait mis tant de temps à rendre florissante ne passerait pas l'été. Et ça, c'était hors de question !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   Dim 24 Aoû - 15:51

Le lendemain, munie de la liste qu'elle avait rédigée, de paniers et de sa sacoche, elle prit le chemin de la forêt. Heureusement qu'elle s'était reprise à temps. Quelques jours plus tard et la période optimale pour cueillir certaines des plantes qui lui manquaient auraient été passée

Garance s'enfonça profondément dans la forêt. Elle ne craignait pas de se perdre. Elle ne le craignait plus depuis qu'elle s'était effectivement perdue étant enfant. Elle se savait capable de survire plusieurs jours au cœur même de la forêt si nécessaire, surtout à cette période. Au cœur de l'hiver, ça aurait été plus difficile, mais au printemps ça ne serait pas un problème. Et elle finirait toujours par arriver quelque part.

Et puis, depuis le temps, qu'elle y venait, elle les connaissait comme sa poche ces bois. Elle n'avait même plus besoin de réfléchir, ses pas la menaient directement aux lieux qu'elle voulait atteindre.

Elle cheminait au milieu des fourrés sans même y penser. Discutant de tout et de rien avec Cyrine. La pratique aidant, elle le faisait à présent sans même y penser, elle avait même appris à bloquer l'accès de son esprit à Cyrine, mais finalement, elle ne le faisait presque jamais.

Autant, elle avait été gênée, au début, que cette entité puisse surprendre ses pensées, autant, à présent, elle appréciait de ne plus jamais être seule. D'avoir toujours quelqu'un pour lui remonter le moral quand ses pensées devenaient grises.

Bien sûr, l'esprit espiègle de Cyrine n'était pas toujours facile à gérer, et elle avait parfois du mal à se retenir de pouffer quand Cyrine faisaient des commentaires désobligeants sur certains des interlocuteurs de Garance. Mais finalement, maintenant qu'elle avait accepté l'idée qu'elle n'était pas seule dans sa tête, ça se passait plutôt bien.

Le soleil commençait à décliner et Garance avait fini sa cueillette, tout au moins, celle qu'elle s'était fixée pour cette partie de la forêt et cette journée.

Sur le chemin du retour, elle s'autorisa une petite pause pour tremper ses jambes fatiguées dans le cours d'un ruisseau. Elle avait posé sa besace et ses paniers pleins de sa cueillette de la journée sur l'herbe de la berge avant de scruter les alentours pour vérifier que personne n'y traînait. Ne remarquant rien d'anormal, elle enleva ses bottines et releva le bas de sa robe, la coinçant dans sa ceinture, avant d'entrer dans l'eau.

Elle pataugeait joyeusement, appréciant le massage du courant sur ses mollets courbaturés, lorsqu'elle sentit les petits cheveux sur sa nuque se dresser comme sous un regard inquisiteur.

Elle tourna la tête sur le côté, essayant de voir derrière elle du coin de l'œil, mais elle ne remarqua rien. Elle se tourna doucement, essayant de garder un air détaché, mais même après avoir fait un tour complet sur elle-même, elle n'avait pas réussi à repérer ce qui lui provoquait cette sensation.

Pourtant, elle en était sûre. Quelqu'un l'observait. Il y avait longtemps qu'elle avait appris à se fier à son sixième sens... ou son septième, si on comptait Cyrine.

Finalement, n'y tenant plus, elle cria :

-« Qui est-là ? Montrez-vous. Je sais que vous êtes là ».


Cyrine ricana dans son esprit.

-« Ben voyons. Tu crois vraiment que quelqu'un de mal intentionné va se montrer uniquement parce que tu le lui as ordonné ? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   Mer 27 Aoû - 15:25

Garance retint son soupir agacé et lui dit :

-« Ben, rends-toi utile pour une fois. Je suis sûre que toi, tu peux sentir s'il y a quelqu'un caché ici ! »


Pendant un moment qui lui parut durer une éternité Cyrine resta silencieuse. Garance espéra qu'elle sondait les lieux et n'osa pas la déranger.

-« Oui »
dit Cyrine « Il y a bien un être vivant dans les parages ».

Garance serra les dents et siffla :
-« Si tu pouvais être plus précise, ça m'arrangerait. Est-ce que je dois prendre mes jambes à mon cou, ou est-ce qu'il faut mieux que je reste immobile ? ».

-« Bah, devant un prédateur, il faut mieux rester immobile. Courir ne ferait qu'attiser son instinct de chasseur »
répondit Cyrine d'un air léger.

D'une certaine manière, Garance fut rassurée par ces paroles. Elle ne craignait pas les animaux de la forêt. La plupart du temps, ils étaient encore plus effrayés qu'elle. Ce qu'elle craignait, c'était les humains, ou ce qui se présentait comme tel. Elle savait, à présent, que tout ce qui ressemble à un humain n'en était pas forcément un.

Garance explora encore une fois le sous-bois du regard. Comme s'il avait attendu ce signal, l'être qui était tapi dans l'ombre s'avança vers le ruisseau avant de s'arrêter à la limite de l'eau, en face d'elle. Et Garance sentit l'air quitter ses poumons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   Ven 29 Aoû - 9:07

Face à elle se trouvait un immense loup gris. Ses yeux, fixés sur elle, ressemblaient à de l'or liquide. Et il la regardait comme s'il attendait quelque chose.

Dans sa tête, le souvenir de sa rencontre avec un de ses congénères lorsqu'elle s'était perdue enfant percutèrent ceux de la version que Cyrine lui avait montrée.

Il était magnifique. Immense, un regard hypnotique et un pelage gris épais et brillant.

Alors qu'elle le regardait, bouche bée, le loup s'assit.

-« Heu... Respire. » dit Cyrine

Garance réalisa qu'elle était en apnée et que des papillons noirs dansaient devant ses yeux.

Elle avait été tellement stupéfaite par cette apparition qu'elle en avait oublié de respirer.

Elle prit une grande inspiration, sans quitter le l'animal des yeux; et elle eut presque l'impression qu'il se moquait d'elle. Elle s'attendit presque à le voir sourire. D'ailleurs, ses yeux furent attirés par la gueule de l'animal.

Entre ses crocs, il tenait une cordelette, à laquelle était attaché un parchemin roulé.

-« C'est pour moi ? » demanda-t-elle bêtement.

-« Non, c'est pour le pape qui est caché derrière toi, crétine ! »
répondit Cyrine.

Garance hésita. Ce loup était énorme. Il pourrait lui arracher la main ou la gorge sans effort. Pourtant, quand elle y réfléchit, elle se rendit compte que ce n'était pas la peur qui la retenait de s'avancer vers lui, mais une certaine forme de révérence.

L'animal n'avait pas bougé, mais Garance aurait juré avoir vu passer une lueur d'amusement dans ses yeux.

Elle se sentit particulièrement ridicule, plantée au milieu du ruisseau, sa jupe relevée sur les cuisses, face à cet animal si majestueux.

Finalement, elle se décida à s'approcher de la berge. Le loup ne bougea pas. Quand elle fut à portée de main, elle hésita encore un instant avant de tendre une main tremblante pour saisir le parchemin. Dés qu'elle l'eut en main, le loup lâcha la cordelette et commença à haleter, laissant pendre entre ses canines acérées une langue aussi longue qu'une feuille de maïs.

Il semblait satisfait, mais toujours en attente.

Garance lui lança un nouveau regard avant de dérouler le parchemin et de commencer à lire.

Au fur et à mesure de sa lecture ses yeux s'écarquillèrent de stupéfaction et d'incrédulité.

Elle ne sentait plus le clapotis du courant, ni le froid de l'eau sur ses chevilles, elle n'entendait plus le chant des oiseaux, ni ne voyait les lueurs du jour qui déclinait.

"Mlle Elevann Garance, nous avons l'immense honneur de vous inviter parmi nous, au sein de la Cité-EtatCertifié donné par Selephim Seth d'Oldross. Cette cité se trouvant au centre du continent, il vous faudra présenter votre invitation aux colosses d'or gardant l'entrée. Nous espérons vous compter parmi nos citoyens sous peu, afin que vous puissiez contribuer au développement et à l'apprentissage au sein de notre illustre cité.

Veuillez donc vous préparer à un long périple pour atteindre notre cité. Le messager vous guidera au travers de Dylisia jusqu'à nos portes.

En vous souhaitant un agréable voyage.

Signé : Oldross."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   Mar 2 Sep - 18:41

Oldross ? Elle n'avait jamais entendu parler de lui... Et encore moins d'une cité-état au centre du continent.

Bien sûr, elle n'avait jamais beaucoup voyagé elle-même, mais avec l'herboristerie, elle avait été en contact avec pas mal de voyageurs. Aucun d'eux n'avait jamais évoqué cet endroit.

Et puis, pourquoi elle ? Pourquoi une personne assez puissante pour avoir sa propre Cité-État inviterait-il une petite herboriste à venir étudier chez lui. Et puis étudier quoi ?

-« Étudier le tricot. »
dit la voix ironique de Cyrine dans sa tête. « Il semblerait que tu aies des pré-dispositions pour ça. »

Arghh... Garance lui aurait bien tordu le cou, pour le coup.

-« On s'en fiche de qui, de quoi et de pourquoi. »
Reprit Cyrine. « La seule question qui compte, c'est comment. Comment tu vas y aller ? »

-« Bah, j'ai un peu d'argent de côté. Je pourrais acheter un cheval »
répondit rêveusement Garance.

-« Faudra un cheval qui n'ait pas peur des loups. »
dit Cyrine, mais Garance ne l'entendit même pas.

Elle avait déjà commencé à préparer mentalement son voyage. Plus tard, elle réaliserait qu'elle n'avait même pas envisagé de décliner l'invitation.

-« Il faut que je trouve quelqu'un pour tenir la boutique pendant quelque temps... Peut-être ma petite apprentie de l'an dernier... »
pensa-t-elle à haute voix.

Le regard de Garance revint se poser sur le loup. Cette fois, elle était sûre qu'il riait. Elle papillonna des yeux et secoua la tête pour s'éclaircir les idées.

-« Pouvez-vous m'attendre quelques jours ? » s'entendit-elle demander au loup, en se disant que cette fois elle avait vraiment fini par perdre l'esprit.

Franchement, discuter avec un loup. Bon, en même temps, elle avait déjà tapé la causette avec un démon, Dieu, un archange et discutait tous les jours avec l'esprit qui squattait sa tête. Finalement, un loup, n'était pas le plus surprenant de ses interlocuteurs.

Le loup la comprit parfaitement et hocha la tête en signe d'assentiment avant de reprendre son attitude attentive.

Garance baissa les yeux vers l'eau à ses pieds, réfléchissant rapidement en se mordillant l'intérieur des joues. Confier la boutique, trouver un cheval, préparer un paquetage pour le voyage. Elle pensait pouvoir gérer tout ça en maximum une semaine. Le plus difficile serait de trouver quelqu'un à qui confier la boutique, mais finalement, comme elle n'était même pas sûre de revenir, ce n'était pas si grave.

Relevant la tête, elle sourit et dit au loup.

-« Je vous retrouve ici dans une semaine, si ça vous convient. »


Le loup se releva et lui lança un dernier regard avant de regagner le couvert des halliers.

Garance resta longtemps immobile, fixant l'endroit où il était entré dans le sous-bois, comme si elle attendait une preuve qu'elle n'avait pas rêvé cette rencontre.

-« Heu... T'as l'intention de passer la nuit dans ce ruisseau, ou tu te bouges pour rentrer et commencer à préparer ton voyage. Et puis d'abord. Tu sais où s'est Oldross ? »

Hein ? Non, elle n'en avait pas la moindre idée. Au centre du continent, disait le message. Ça devait faire une trotte. Il faudrait qu'elle calcule au moins « à la louche » combien de temps pourrait durer le voyage.

Tout en continuant à réfléchir à tout ce qu'il lui faudrait faire avant son départ, elle sortit de l'eau, chaussa ses bottines sans même attendre que ses pieds ne soient secs, attrapa sa besace et ses paniers avant de prendre le chemin du retour dans la pénombre du crépuscule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   Jeu 4 Sep - 11:02

Lorsqu'elle arriva chez elle, la nuit était déjà bien installée. Elle alluma quelques bougies et s'occupa de préparer sa cueillette pour le séchage. Si elle parvenait à trouver quelqu'un pour s'occuper de la boutique pendant son absence, il fallait qu'elle soit suffisamment approvisionnée.

Tout en travaillant, elle regardait le parchemin posé sur la table, comme s'il avait pu lui donner plus d'indications que ce qui y était écrit.

-« Alors, tu vas vraiment le faire ? »
demanda Cyrine d'un ton étrangement sérieux.

-« Oui. »
répondit simplement Garance.

-« Tu as changé. » reprit Cyrine. « La Garance que j'ai connue autrefois ne se serait pas lancée sur les routes comme ça pour répondre à l’invitation d’un étranger. Après tout, c'est peut-être un piège. »

Garance rit.

-« La Cyrine que je connais m'exhorterait à foncer sans me poser de question. »


Puis reprenant son sérieux, elle reprit :

-« Qui voudrait m'attirer dans un piège ? Il n'y aurait aucun intérêt. Et puis, je fais confiance au loup. »


Lorsqu'elle réalisa que ses mains étaient immobiles sur les plantes et que sa tête commençait à pencher dangereusement, elle alla se coucher.

Le lendemain, elle commença à préparer son voyage.

Elle commença par aller à la bibliothèque pour voir si elle pouvait trouver des informations sur cette fameuse cité-état, mais elle n'en trouva mention dans aucun des ouvrages qu'elle consulta.

La seule chose qu'elle savait, c'est qu'elle était sensée se trouver au centre du continent. Elle définit donc une zone « théorique » et prit le point le plus éloigné de Myth pour calculer la durée de son voyage.

Elle se doutait bien que ça n'était pas tout près, mais quand elle réalisa la distance qu'elle devrait couvrir et la durée de son voyage, elle faillit renoncer.

C'était de la folie ! Partir pour traverser la moitié du monde en suivant un loup, pour rejoindre une hypothétique cité-état dont elle n'avait jamais entendu parler et qu'elle n'arrivait même pas à trouver sur une carte.

Elle secoua la tête en soupirant, refermant l'atlas qu'elle était en train de consulter.

Mais, malgré elle, elle était déjà en train de calculer ce dont elle aurait besoin pour un voyage de minimum deux semaines. Enfin, si elle parvenait à trouver un bon cheval, endurant et rapide...

La première chose à faire était donc de voir quel cheval elle pourrait se procurer. Ça serait de lui que dépendrait la durée de son voyage et donc les vivres qu'elle devrait se procurer. De ce qu'elle avait vu sur la carte, il ne semblait pas y avoir beaucoup de villes ou de villages sur la route. Alors, elle serait probablement obligée de prévoir de quoi manger pour tout le voyage.

Avec Cyrine, l'eau ne serait pas un problème, et puis, vu le climat de la région qu'elle devrait traverser, elle ne devrait pas avoir trop de mal à trouver de petits cours d'eau.

Elle se rendit au marché, dans la partie réservée au marché aux bestiaux. En temps que fille de paysans, elle savait reconnaître un bon cheval quand elle en voyait un, enfin, elle savait reconnaître un bon cheval de travail, pas forcément un bon cheval de route.

Elle partit du principe que finalement, il faudrait qu'il ait les mêmes qualités : calme et endurant, et si possible rapide, mais ça, c'était accessoire. Il valait mieux un cheval capable de l'amener à destination en trois semaines, plutôt qu'un cheval qui l'amènerait à mi-parcours en trois jours avant d'être incapable de continuer.

Tout en réfléchissant, elle observait les bêtes proposées à la vente. Quelques vielles haridelles qui aurait du mal à la conduire plus loin que l'orée de la forêt, des destriers imposants et nerveux hors de prix et quelques chevaux de labour.

Elle se rapprocha de ses derniers et les examina de plus prés. Elle s'approcha du premier, lui flatta l'encolure avant de faire glisser sa main sur son dos. Il tressaillit juste de ce contact. Pas bon signe. Elle remarqua qu'il surcompensait du côté droit pour soulager son postérieur gauche.

Elle se baissa et attrapa son sabot pour examiner son pied. Il se défendit, cherchant à retirer son pied. Mais il en fallait plus que ça pour la faire renoncer. L'animal finit par comprendre qu'elle ne céderait pas et se laissa faire.

Il ne fallut pas longtemps à l'ancienne fermière pour comprendre ce qui le faisait tant souffrir. Une fourmilière. Ce n'était pas très grave en soit, mais elle n'aurait pas le temps de soigner l'animal qu'elle achèterait. Il fallait qu'il soit en état.

Pendant qu'elle examinait le cheval, le marchand s'avança vers elle et, du coin de l'œil, elle surprit son expression avide. Elle n'aurait pas été surprise de le voir se frotter les mains.

-« Madame est une connaisseuse. C'est mon meilleur cheval ! Mais pour une aussi jolie dame, je vous ferais un bon prix. »

Garance reposa doucement le pied du cheval et se releva en essuyant ses mains sur son tablier.

-« Votre meilleur cheval hein ? » demanda-t-elle d'un air innocent.

-« Bien sûr, regardez cette robe luisante, cet œil vif... » commença l'homme.

-« Cette fourmilière non soignée au postérieur gauche, son arthrose avancée à l'épaule droite, son dos douloureux... » dit calmement Garance.

Elle vit l'homme perdre de sa superbe.

-« Oui, mais ce n'est pas si grave ça se soigne... »

-« Oui, la fourmilière pourrait se soigner, avec du temps, et je n'en ai pas, par contre pour l'arthrose il n'y a rien à faire. »

L'homme la regarda, bouche bée. Il ne s'était visiblement pas attendu à ce qu'une jeune femme de la ville s'y connaisse en chevaux.

Maintenant qu'elle avait mis les choses au point, Garance décida d'enfoncer le clou. Elle était sûre que cet homme serait parfaitement capable de lui fournir un bon cheval si elle lui montrait qu'elle n'était pas dupe de son jeu.

-« La jeune dame à grandit dans une ferme où l'une de ses principales tâches était de s'occuper des bêtes, et notamment des chevaux. Alors ne me prenez pas pour une bille. Toutes les bêtes que vous proposez ici sont boiteuses, vicieuses, ou malades. Et je dirais que celui que je viens d'examiner est certainement le meilleur du lot, mais je doute qu’il soit votre meilleur cheval. »

L'homme la regarda stupéfait. Elle sourit et reprit

« Mais je suis aussi sûre que vous êtes parfaitement à même de me fournir le genre d'animal que je cherche. J'ai besoin d'un cheval pour un long voyage. Je le veux calme, endurant et en parfaite santé. »

L'homme la regarda, les yeux écarquillés, mais il se reprit rapidement.

-« Bah, y'a pas de mal à tenter sa chance avec les ignorants friqués qu’on peut rencontrer ici, c’est le jeu. »

Garance resta impassible. Elle savait que la plupart des marchands de chevaux pensaient comme lui. Elle se contenta de hausser un sourcil pour lui rappeler qu'elle lui avait posé une question.

L'homme se racla la gorge et jeta un coup d'œil à droite et à gauche avant de s'avancer un peu et de lui dire à voix basse.

-« D'accord. Vous avez raison, quand je viens ici, je ne prends pas toutes mes bêtes. Si vous voulez, retrouvez-moi ici en début d'après-midi. Je vous amènerais quelques-unes de mes bonnes bêtes. Et je vous promets que je ne chercherais pas à gonfler les prix. »

-« Je n'en doute pas. Je connais aussi la valeur des bêtes, et ce n'est pas parce que vous me considérez comme une emmerdeuse que je me sentirai obligé de faire affaire avec vous. »

Elle vit le visage de l'homme se durcir un instant puis il éclata de rire.

-« Ma dame. Heureusement que tous mes clients ne sont pas comme vous. Mais vous n'avez même pas idée à quel point il peut m'être agréable de tomber, de temps à autre, sur un client qui sait de quoi il parle. J'ai exactement la bête qu'il vous faut, mais pour continuer le jeu, je la cacherai au milieu des autres. Nous verrons à ce moment si vous êtes capable de la reconnaître »

Garance sourit et lui tendit la main en guise d'accord.

Et puisqu'elle était au marché, elle en profita pour faire quelques emplettes en vue de son voyage avant de rentrer chez elle.

En début d'après-midi, Garance revint au marché pour rencontrer le vendeur de chevaux. Lorsqu'elle s'approcha et vit les bêtes qu'il avait réunies, elle eut un sourire satisfait. C'était beaucoup mieux.

Il y en avait cinq. Elle s'approcha et les examina. Ils étaient tous en bonne santé, avec de bons aplombs, des regards francs et des musculatures bien dessinées.

L'un d'eux était légèrement plus petit et plus léger que les autres. Il était bai avec une petite étoile blanche au milieu du front qui se prolongeait par une fine liste jusqu'au bout du nez. Il avait un regard franc et curieux et il la suivait des yeux en bougeant les oreilles. Garance connaissait bien les chevaux, mais comme tous les chevaux qui lui étaient présentés étaient d'égale valeur, elle décida de se fier à son instinct, et son instinct lui disait que ce petit cheval-là serait un excellent compagnon de voyage.

L'homme était resté un peu à l'écart, l'observant avec un petit sourire. Elle se rappela son défi du matin.

Elle s'approcha de l'animal, lui flatta le chanfrein en disant :

-« Peu m'importe lequel est le meilleur pour vous. C'est celui-là que je veux. »

L'homme éclata de rire. Faisant sursauter Garance qui se retourna vers lui, surprise.

-« Vous êtes une jeune femme surprenante. Ce cheval est celui que je considère comme le plus adapté à l'usage que vous m'avez dit vouloir en faire, mais il n'est pas aussi beau que les autres. »

Garance sourit.

-« Je n'ai pas besoin d'un cheval de parade. J'ai besoin d'une monture fiable. Et je ne suis pas d'accord. Je le trouve très beau ce petit cheval. »

Elle donna un acompte au vendeur, lui indiquant qu'elle lui paierait le solde lorsqu'elle viendrait récupérer l'animal quelques jours plus tard. Il lui sourit en disant :

-« Ce sera un plaisir de vous revoir. »
Son ton qui fit lever un sourcil à Garance. Elle n'était pas très sûre d'avoir apprécié le sous-entendu et encore moins l'œillade qu'il lui avait lancée.

-« Dommage qu'on parte » dit la voix moqueuse de Cyrine « T'as un ticket... »


-« Cyrine... Ta gueule ».

Quoi qu'il en soit, elle avait son cheval. Il ne lui restait plus qu'à trouver son équipement. Elle passa le reste de l'après-midi à se procurer une selle, un filet, des sacoches.

Lorsqu'elle rentra chez elle, elle était épuisée. Et il lui restait encore beaucoup à faire avant son départ.

Le lendemain, elle s'occupa de remettre de l'ordre dans la boutique et dans les registres pour que tout soit clair si Capucine acceptait de s'en occuper pendant son absence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   Jeu 4 Sep - 17:24

Garance avait décidé qu'il valait mieux qu'elle se présente chez Capucine le soir, pour que son époux soit présent et n'ait pas l'impression que sa femme avait complotée dans son dos. Et puis comme ça, elle serait immédiatement fixée.

Elle l'avait formée, elle savait donc que la jeune femme serait parfaitement capable de gérer la boutique pendant son absence. Le principal problème serait de la convaincre de revenir travailler.

Juste après la fin de son apprentissage, Capucine s'était mariée et Garance avait ensuite entendu dire qu'elle avait cessé de travailler, se contentant de son rôle de femme au foyer.

Garance savait qu'elle n'avait pas le droit de la juger, mais elle avait trouvé dommage qu'une femme aussi intelligente que Capucine ne profite pas de ses capacités. Elle aurait été parfaitement capable de mener de front une vie professionnelle et une vie de famille.

Garance se demanda vers qui elle pourrait se tourner si Capucine refusait sa proposition. Elle avait bien eu d'autres stagiaires, mais la plupart avaient quitté la ville pour s'installer ailleurs à l'issue de leur formation.

Lorsqu'elle frappa à la porte de son ancienne collègue, elle ne savait vraiment pas à quoi s'attendre et elle craignait que sa proposition soit mal acceptée par l'époux de Capucine et elle ne voulait pas être à l'origine d'une brouille entre eux.

Lorsque la jeune fille vint ouvrir et découvrit qui se trouvait sur le pas de sa porte, un immense sourire éclaira son visage :

-« Garance ! Il y a si longtemps que je ne t'ai vue ! »

Garance lui rendit son sourire :

-« Et bien, depuis que tu as fini ton apprentissage à ce qu'il me semble. »


Capucine la fit entrer et cria :

-« Thomas ! Thomas ! Nous avons de la visite ! »


Puis sans attendre de réponse, elle conduisit Garance jusqu'à la cuisine et l'invita à s'asseoir.

-« Alors ? Qu'est-ce qui t'amène ? » demanda-t-elle à son ancienne employeuse.

Garance sourit. Capucine avait l'air heureuse. Elle était comme elle l'avait connue, vive, gaie et espiègle.

-« Et bien » commença Garance « J'ai quelque chose à te proposer, mais je préfèrerais que ton époux assiste à notre conversation. Je ne voudrais pas qu'il t'accuse de comploter dans son dos. »

Capucine éclata de rire.

-« Tu sais Garance, je doute que ta proposition soit si déplacée que ça. Et je suis assez grande pour prendre mes propres décisions. Thomas n'a rien à m'interdire. Tu peux parler sans crainte, et puis, il ne va pas tarder à nous rejoindre. »


Garance sourit à nouveau.

-« D'accord. Alors, voilà. Je vais devoir m'absenter pour une période indéterminée et j'ai besoin de quelqu'un pour tenir la boutique pendant mon absence.
»

Capucine la regarda avec des yeux ronds.

-« Tu veux que je m'occupe de la boutique pendant ton absence ? »


-« Oui. Mais, si tu ne veux pas, si ton époux ne veut pas que tu travailles hors de la maison... Je comprendrais. »


-« Comme je te l'ai dit, je suis assez grande pour prendre mes propres décisions. Et justement, j'avais prévu de venir te demander si tu n'avais pas besoin de quelqu'un. Maintenant que nous sommes bien installés, j'aimerais pouvoir sortir un peu d'ici, voir du monde... »

Sur ces entrefaites, un homme entra dans la cuisine. Garance avait déjà brièvement rencontré Thomas. Elle se leva pour le saluer pendant que Capucine lui résumait ce que Garance lui avait proposé.

Il accueillit chaleureusement cette idée. Et Garance se dit qu'elle avait été ridicule de penser que Capucine aurait pu épouser un homme qui aurait cherché à la mettre en cage.

-« Il y a juste un problème »
dit Capucine, et Garance s'inquiéta. « Ça fait longtemps que je n'ai pas travaillé. Je ne sais pas si je serais capable de faire ce que tu attends de moi. »

-« Je ne pars qu'à la fin de la semaine. Si tu veux, tu peux commencer demain, comme ça, tu pourras retrouver tes marques tranquillement. »

Elles se mirent d'accord sur les détails et Garance lui laissa le double des clefs de la boutique, qu'elle avait pris avec elle en espérant que sa proposition recevrait un accueil favorable.

Alors qu'elle allait prendre congé, Capucine s'écria :

-« Hors de question que tu partes comme ça ! Tu restes dîner avec nous. Nous avons encore pleins de choses à nous dire. »


Garance passa une excellente soirée avec Capucine et son époux. Quand elle les quitta elle était ravie de son choix. Capucine serait une gérante des plus sérieuse, et le complément de revenu que la boutique leur rapporterait permettrait à se jolie petit couple d'appréhender l'avenir avec plus de sérénité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   Ven 5 Sep - 13:38

Pendant les jours suivants, Garance s'occupa des derniers détails en vu de son voyage l'esprit tranquille.

Capucine avait pris ses fonctions, ce qui laissait à Garance tout le temps nécessaire pour ses derniers préparatifs.

Le matin de son départ, elle ouvrit le placard où elle avait rangé la statue de glace et l'orbe de Selephim. Elle hésitait. Devait-elle les prendre avec elle ? Elle avança la main et saisit la bille luminescente dans sa main et admira la danse paresseuse de la flamme bleue sombre qui y était contenue.

-« Évidement que tu la prends »
dit Cyrine d'un ton sans réplique « Sinon pourquoi ne pas l'avoir laissée dans le cimetière. »

Garance soupira au souvenir de sa dernière rencontre avec Selephim. Elle pensait avoir fait ce qu'il attendait d'elle et n'avait pas compris sa réaction. L'impression d'avoir tout gâché, par ignorance, par impatience, était encore vaguement douloureuse.

Mais ce qui était fait, était fait. Il n'y avait rien qu'elle puisse faire pour changer les choses.

Elle avait toujours mené sa vie sans regrets, ni remords. Considérant que toutes les expériences de sa vie, les bonnes comme les mauvaises, lui avaient permis d'avancer.

Et puis, peut-être voudrait-il récupérer cet objet un jour. Peut-être aurait-elle l'occasion de le revoir...

-« J'suis pas sûre que ça serait une bonne chose. »
dit Cyrine.

Non, effectivement, ça ne serait probablement pas une bonne chose, mais Garance avait quand même une désagréable impression d'inachevé concernant leur relation.

Secouant la tête pour chasser ses pensées, elle glissa l'orbe et la statue dans sa besace.
Elle alla récupérer son cheval avant de revenir pour le charger de son maigre bagage. Si, au milieu des autres, il lui avait paru petit, elle se rendit compte, quand elle l'enfourcha, qu'il ne l'était pas tant que ça.

Elle quitta la ville et se dirigea vers la rivière avec un peu d'appréhension. Et si le loup ne revenait pas ? Et si finalement, c'était un piège quelconque ? Et si...

Elle respira profondément pour essayer de calmer l'angoisse qui commençait à l'envahir.

Arrivé en vu de l'endroit où elle avait donné rendez-vous au loup, elle se prépara à une réaction de peur du cheval, mais il ne réagit pas.

Le loup n'était pas encore là.

Elle descendit de sa monture et décida qu'elle attendrait. Après tout, ils n'avaient pas fixé d'heure.

Elle était là depuis à peine quelques minutes lorsque le cheval, qui broutait paisiblement, releva vivement la tête et broncha.

Suivant le regard de l'animal, elle vit le loup sortir du bois. Il s'immobilisa à quelques distances. Garance s'approcha de son cheval pour le réconforter.

Il ne semblait pas vraiment affolé, juste vaguement inquiet et curieux. Lorsque le loup bougea à nouveau pour s'avancer un peu plus, il souffla bruyamment par les naseaux.

-« ça va... ne t'inquiète pas » lui chuchotas Garance « C'est un ami. »

« Enfin, j'espère »
ajouta-t-elle pour elle-même.

À croire que le loup voulait lui aussi rassurer le cheval. Il s'approchait doucement. S'arrêtant quand le cheval s'inquiétait trop, reprenant sa marche quand il se calmait.

Au bout de quelques minutes, le loup fut face au cheval, assez près pour que se dernier puisse le sentir.

Le prédateur s'était assis, dans une attitude de non-agression. Les oreilles droites, la langue pendante.

Finalement, la curiosité du cheval prit le dessus et il avança la tête vers cette bête dont l'odeur réveillait en lui une peur ancestrale.

Garance se garda d'intervenir. Se contentant de tenir légèrement les rênes juste au cas où.

Le cheval respira l'odeur du loup pendant quelques instants, puis voyant que ce dernier restait impassible se désintéressa de lui pour recommencer à brouter.

-« Ben dis donc »
dit Cyrine « ça, on le voit pas tous les jours ! Un cheval qui broute à côté d'un loup. »

Oui, effectivement. Garance sourit. Elle avait bien fait de choisir ce cheval-là.

Elle leur laissa encore quelques instants avant de remonter sur son cheval.

-« Nous pouvons y aller quand vous voulez, Sire Loup » dit-elle.

Le loup leva vers elle son regard doré et fit demi-tour pour se diriger vers un sentier qui s'enfonçait dans la forêt. Elle le suivit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   Ven 5 Sep - 17:37

Ils voyagèrent bon train toute la journée. Rapidement, Garance s'était rendue compte qu'elle ne connaissait pas cette partie de la forêt. Lorsque le soir commença à tomber, le loup quitta le sentier et s'enfonça entre les arbres. Là encore, elle le suivit. Il les conduisit vers une petite combe abritée au bord d'un ruisseau.

Garance comprit qu'il lui proposait de camper ici.

Elle descendit de sa monture, et la déchargea avant d'installer un petit camp de fortune. Il ne faisait pas froid et elle n'avait rien à cuire, elle décida donc de se passer de feu. Pendant qu'elle s'installait, elle vit le loup s'éclipser entre les arbres, sans doute pour aller chasser.

Après son dîner léger, elle s'enroula dans sa couverture et s'allongea dans un renfoncement de rocher. Mais, malgré sa fatigue, elle ne trouva pas le sommeil. Elle n'avait pas l'habitude de dormir à la belle étoile, et les bruits nocturnes de la forêt lui rappelaient les nuits de terreur qu'elle y avait passées quand elle s'y était perdue, petite.

Elle commençait à somnoler lorsqu'un craquement de brindille tout proche la fit se redresser d'un coup, explorant les alentours. Le cheval n'avait pas bronché.

-« Ne t'inquiète pas »
dit Cyrine « Dors tranquille. S'il y a un problème, je te réveillerai. »

Elle se rallongea, mais ne put trouver le sommeil. Pour elle qui avait toujours dormi entre quatre murs, les bruits de la forêt étaient angoissants. Et surtout, ils réveillaient en elle d'anciennes peurs. Alors que l'angoisse grandissait en elle, elle regretta d'avoir accepté l'invitation de cet inconnu.

Finalement, là, toute seule au milieu des bois, elle commençait à envisager les pires scénarios. Peut-être Cyrine avait-elle raison. Peut-être quelqu'un tentait-il de la piéger. Par exemple, quelqu'un qui aurait pouvoir se servir d'elle contre Selephim.

Si c'était le cas, elle était perdue. Elle doutait qu'à présent, il puisse prendre la peine de faire quoi que ce soit pour elle.

Au bout de plusieurs heures, elle finit par sombrer dans un sommeil agité et peuplé de cauchemars.

Elle fut réveillée par une truffe fraîche qui lui donnait des petits coups sur la joue. Elle ouvrit les yeux en grommelant et en râlant. Elle avait l'impression qu'elle venait juste de s'endormir. Elle se sentait déjà épuisée et grognon.

Quand son regard croisa le regard du loup, elle eut franchement l'impression qu'il se fichait d'elle, et ça la mit d'encore plus mauvaise humeur.

Mais, le soleil était déjà levé, et il avait raison, il était plus que temps de se mettre en route.

Elle leva son petit camp, harnacha son cheval d'un air maussade, en se traitant d'imbécile d'en avoir choisi un si grand. C'est vrai qu'il lui avait paru petit au milieu des autres, mais maintenant qu'il fallait qu'elle le selle et qu'elle le monte, il lui paraissait immense.

Elle se sentait percluse de courbatures et eut du mal à enfourcher sa monture. Quand il prit un petit trop rapide pour suivre le loup, elle serra les dents en sentant tous ses muscles se contracter de douleur.

À ce rythme-là, peut-être que le cheval arriverait à Oldross, mais elle, elle serait en bien piteux état, si elle était toujours sur sa monture.

Ce soir-là, elle n'eut aucune difficulté à s'endormir. Même si elle s'endormit en pleurant d'épuisement et de douleur.

Finalement, au fil des jours, son corps s'habitua à cette rude vie. Ses muscles devinrent moins douloureux, ses bras plus forts.

Elle commença à apprécier la balade, regardant les paysages des contrés qu'elle n'avait jamais pensé pouvoir visiter.

Le loup semblait éviter les grands axes, préférant des chemins détournés et de préférence sous le couvert des arbres. Elle aimait autant. Elle savait qu'elle ne serait pas passée inaperçue sinon et elle n'aimait pas attirer l'attention sur elle. Une femme voyageant seule aurait pu attirer la convoitise de certains individus mal intentionnés.

Tous les soirs, il quittait la route pour leur trouver un coin tranquille où établir leur camp, puis il la quittait et ne revenait qu'au matin, mais elle savait qu'il n'était jamais bien loin, et qu'en cas de problème, il serait vite là. Il était comme un ange gardien et elle commençait à se dire qu'elle serait malheureuse quand il la quitterait.

Ils voyagèrent ainsi pendant près de deux semaines. Elle se disait que si ses calculs étaient justes, ils ne devraient pas tarder à arriver à cette fameuse cité-état.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   Ven 5 Sep - 19:20

Effectivement, quelques jours plus tard, le loup changea brusquement de direction, quittant la forêt pour entrer dans une immense plaine.

Elle se sentit découragée. La plaine semblait s'étirer à l'infini et elle ne voyait aucun signe d'une quelconque citée. Juste un terrain herbu, plat et dégagé se perdant dans les brumes à l'horizon.

Elle s'y engagea à la suite du loup, et moins d'une demi-journée après y être entrée, elle commença à distinguer quelque chose dans le lointain. On aurait dit des murs, mais ils étaient flous, comme effacés par la brume.

Au fur et à mesure qu'elle se rapprochait, elle devina les contours de quelque chose d'immense au centre de la plaine.

Ce soir-là, le loup ne s'arrêta pas. Ils continuèrent à cheminer alors que l'obscurité les enveloppait. Des lumières commencèrent à s'allumer sur la masse qu'elle devinait encore.

Et elle comprit qu'ils arrivaient. Ce qu'elle avait devant les yeux était la fameuse Cité-État d'Oldross.

Pas étonnant que personne n'ait pu lui en parler. A priori, il fallait vraiment être guidé pour y arriver.

La lune venait de se lever quand le loup s'arrêta devant une porte monumentale encadrée par deux immenses statues.

Garance faillit s'évanouir de surprise et de terreur quand une des statues prit la parole :

-« Bienvenue à toi, porteuse de l'invitation. Les portes de la cité te sont ouvertes. »


Sur ses mots, les portes pivotèrent sur leurs gonds pour la laisser pénétrer dans la cité.

Sa surprise passée, elle remit son cheval au pas pour y entrer. Elle vit le loup faire demi-tour et se diriger vers la forêt.

Elle retint son cheval et se tourna vers l'animal :

-« Merci, Sire Loup. Merci pour tout. » lui cria-t-elle.

Le loup interrompit sa course et se retourna vers elle. Il lui sembla qu'il lui souriait. Son cœur se serra. Il avait été son compagnon de route pendant un peu plus de deux semaines. Il allait lui manquer. Et surtout, sans lui, elle se sentait un peu perdue.

Finalement, elle remit son cheval au pas et entra dans la cité.

-« Et maintenant ? On fait quoi ? »
Demanda Cyrine.

-« On va commencer par trouver une auberge pour la nuit. On verra demain pour le reste. »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une opportunité inespérée [Solo Garance]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une opportunité inespérée [Solo Garance]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» La bourse ou la vie (Solo Rang B)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myth ::  :: Portes d'Oldross-
Sauter vers: